Back to Top
Catégorie : Saint Francois Imprimer E-mail

 

Mortifications chrétiennes

 

Par le Cardinal Désiré Mercier, Tertiaire de Saint François.

 

Objet de la mortification chrétienne

 

La mortification chrétienne a pour but de neutraliser les influences malignes que le péché originel exerce encore dans nos âmes, même après que le baptême les ait régénérées.
Notre régénération dans le Christ, tout en annulant complètement le péché en nous, nous laisse cependant fort loin de la rectitude et de la paix originelles. Le concile de Trente reconnaît que la concupiscence, c'est-à-dire la triple convoitise de la chair, des yeux et de l'orgueil, se fait sentir en nous, même après le baptême, afin de nous exciter aux glorieuses luttes de la vie chrétienne. C'est cette triple convoitise que l'Écriture appelle tantôt le vieil homme, opposé à l'homme nouveau qui est Jésus vivant en nous et nous-mêmes vivant en Jésus, tantôt la chair ou la nature déchue opposée à l'esprit ou à la nature régénérée par la grâce surnaturelle.
C'est ce vieil homme ou cette chair, c'est à dire l'homme tout entier avec sa double vie morale et physique, qu'il faut, je ne dis pas anéantir, car c'est chose impossible tant que dure la vie présente, mais mortifier, c'est à dire réduire pratiquement à l'impuissance, à l'inertie et à la stérilité d'un mort ; il faut l'empêcher de donner son fruit qui est le péché, et annuler son action dans toute notre vie morale.
La mortification chrétienne doit donc embrasser l'homme tout entier, s'étendre à toutes les sphères d'activité dans lesquelles notre nature est capable de se mouvoir.
Tel est l'objet de la vertu de mortification : nous allons en indiquer la pratique, en parcourant successivement les manifestations multiples d'activité dans lesquelles se traduit chez nous :
- L'activité organique ou la vie corporelle.
- L'activité sensible, qui s'exerce soit sous forme de connaissance sensible par les sens extérieurs, ou par l'imagination, soit sous forme d'appétition sensible ou de passion.
- L'activité rationnelle et libre, principe de nos pensées et de nos jugements et des déterminations de notre volonté.     .
- La manifestation extérieure de la vie de notre âme, ou nos actions extérieures.
- L'échange de nos rapports avec le prochain.

 

Exercice de la mortification chrétienne

 

N.B. : Toutes les pratiques de mortification que nous avons réunies ici sont empruntées aux exemples des saints, notamment de saint Augustin, de saint Thomas d'Aquin, de saint François, de sainte Thérèse, de saint François de Sales, de saint Jean Berchmans, ou recommandées par des maîtres autorisés de la vie spirituelle, tels que le vénérable Louis de Blois, Rodriguez, Scaramelli, Mgr Gay, l'abbé Allemand, l'abbé Hamon, l'abbé Dubois, etc.


Mortifications du corps

 

1 - Bornez-vous, autant que possible, en fait d'aliments, au simple nécessaire. Méditez ces paroles que saint Augustin adressait à Dieu : « Vous m'avez enseigné, ô mon Dieu, à ne prendre les aliments que comme des remèdes. Eh ! Seigneur, qui est celui d'entre nous qui ne passe parfois ici la limite ? S'il en est un, je déclare que cet homme est grand et qu'il doit grandement glorifier votre nom » (Confessions, livre X, ch. 3 1)
2 - Priez Dieu souvent, priez Dieu journellement d'empêcher par sa grâce que vous ne franchissiez les bornes de la nécessité et que vous ne vous laissiez aller à l'attrait du plaisir.
3 - Ne prenez rien entre les repas, à moins de nécessité ou de raisons de convenance.
4 - Pratiquez l'abstinence et le jeûne, mais pratiquez-les sous l'obéissance seulement et avec discrétion.
5 - Il ne vous est pas interdit de goûter quelque satisfaction corporelle, mais faites-le avec une intention pure et en bénissant Dieu.
6 - Réglez votre sommeil, évitant en ceci toute lâcheté, toute mollesse, surtout le matin. Fixez-vous une heure, si vous le pouvez, pour le coucher et le lever et tenez-vous-y énergiquement.
7 - En général, ne prenez du repos que dans la mesure du nécessaire ; livrez-vous généreusement au travail, n'y épargnez pas votre peine. Prenez garde d'exténuer votre corps, mais gardez-vous de le flatter ; dès que vous le sentez tant soit peu disposé à trancher du maître, aussitôt traitez-le en esclave.
8 - Si vous ressentez quelque légère indisposition, évitez d'être à charge aux autres par votre mauvaise humeur ; laissez à vos frères le soin de vous plaindre; pour vous, soyez patient et muet comme le divin agneau qui a véritablement porté toutes nos langueurs.
9 - Gardez-vous de faire du plus petit malaise une raison de dispense ou de dérogation à votre ordre du jour. « Il faut haïr comme la peste toute dispense en matière de règles », écrivait saint Jean Berchmans.    '
10 - Recevez docilement, supportez humblement, patiemment, persévéramment, la mortification pénible qu'on nomme la maladie.

 

Mortification des sens, de l’imagination et des passions

 

1 - Fermez vos yeux avant tout et toujours à tout spectacle dangereux, et même, ayez-en le courage, à tout spectacle vain et inutile. Voyez sans regarder ; n'envisagez personne pour en discerner la beauté ou la laideur.
2 - Tenez vos oreilles fermées aux propos flatteurs, aux louanges, aux séductions, aux mauvais conseils, aux médisances, aux railleries blessantes, aux indiscrétions, à la critique malveillante, aux soupçons communiqués, à toute parole pouvant causer entre deux âmes le plus petit refroidissement.
3 - Si le sens de l'odorat a quelque chose à souffrir par suite de certaines infirmités ou maladies du prochain, loin de vous en plaindre jamais, puisez-y une joie sainte.
4 - En ce qui concerne la qualité des aliments, ayez grand respect pour le conseil de Notre-Seigneur : « Mangez ce que l'on vous sert. » « Manger ce qui est bon sans s'y complaire, ce qui est mauvais sans en témoigner de l'aversion, et se montrer aussi indiffèrent en l'un qu'en l'autre, voilà, dit saint François de Sales, la vraie mortification. »
5 - Offrez à Dieu vos repas, imposez-vous à table une petite privation ; par exemple : refusez-vous un grain de sel, un verre de vin, une friandise, etc. ; vos convives ne s'en apercevront pas, mais Dieu en tiendra compte.
6 - Si ce que l'on vous présente excite vivement votre attrait, pensez au fiel et au vinaigre dont Notre-Seigneur fut abreuvé sur la croix : cela ne pourra pas vous empêcher de goûter, mais cela servira de contrepoids au plaisir.
7 - Il faut éviter tout contact sensuel, toute caresse où l'on mettrait quelque passion, où l'on chercherait, où l'on prendrait une joie principalement sensible.
8 - Passez-vous d'aller vous chauffer, à moins que cela ne vous soit nécessaire pour vous épargner une indisposition.
9 - Supportez tout ce qui afflige naturellement la chair ; spécialement le froid de l'hiver, la chaleur de l'été, la dureté du coucher et toutes les incommodités du même genre. Faites bon visage à tous les temps, souriez à toutes les températures. Dites avec le prophète : « Froid, chaud, pluie, bénissez le Seigneur. » Heureux si nous pouvions arriver à dire de bon cœur cette parole qui était familière à saint François de Sales: « je ne suis jamais mieux que quand je ne suis pas bien. »
10 - Mortifiez votre imagination lorsqu'elle vous séduit par l'appât d'un poste brillant, lorsqu'elle vous attriste par la perspective d'un avenir sombre, lorsqu'elle vous irrite par le souvenir d'un mot ou d'un acte qui vous ont offensé.
11 - Si vous sentez en vous le besoin de rêver, mortifiez-le sans pitié.
12 - Mortifiez-vous avec le plus grand soin sur le point de l'impatience, de l'irritation ou de la colère.
13 - Examinez à fond vos désirs, soumettez-les au contrôle de la raison et de la foi : ne désirez-vous point une vie longue plutôt qu'une vie sainte?  du plaisir et du bien être sans chagrins ni douleurs, des victoires sans combats, des succès sans revers, des applaudissements sans critiques, une vie commode, tranquille, sans croix d'aucune nature, c'est-à-dire une vie tout opposée à celle de notre divin Sauveur ?
14 - Prenez garde de contracter certaines habitudes qui, sans être positivement mauvaises, peuvent devenir funestes, telles que l'habitude des lectures frivoles, des jeux de hasard, etc.
15 - Cherchez à connaître votre défaut dominant et, dès que vous l'aurez connu, poursuivez-le jusque dans ses derniers retranchements. A cet effet, soumettez-vous de bon cœur à ce qu'il pourrait y avoir de monotone et d'ennuyeux dans la pratique de l'examen particulier.
16 - Il ne vous est pas défendu d'avoir du cœur et d'en montrer, mais tenez-vous en garde contre le danger d'excéder la juste mesure. Combattez énergiquement les attachements trop naturels, les amitiés particulières et toutes les molles sensibilités du cœur.

 

 

Jésus portant sa Croix

Source : image du film la Passion de Mel Gibson

 

 

Mortifications de l’esprit et de la volonté

 

1 - Mortifiez votre esprit en lui interdisant toutes les vaines imaginations, toutes les pensées inutiles ou étrangères qui font perdre le temps, dissipent l'âme, dégoûtent du travail et des choses sérieuses.
2 - Toute pensée de tristesse et d'inquiétude doit être bannie de votre esprit. Le souci de tout ce qui pourra dans la suite vous arriver ne doit nullement vous préoccuper. Quant aux pensées mauvaises qui vous tracassent malgré vous, vous devez, en les rejetant, vous en faire un sujet de patience. Étant involontaires, elles ne seront pour vous qu'une occasion de mérite.
3 - Évitez l'entêtement dans vos idées, l'opiniâtreté dans vos sentiments. Laissez volontiers prévaloir le jugement des autres, à moins qu'il ne s'agisse de matières où vous avez le devoir de vous prononcer et de parler.
4 - Mortifiez l'organe naturel de votre esprit, c'est-à-dire la langue. Exercez-vous volontiers au silence, soit que votre régie vous le prescrive, soit que vous vous l'imposiez, spontanément.
5 - Aimez mieux écouter les autres que de parler vous même ; cependant, parlez à propos, évitant également, comme excès, le trop parler qui empêche les autres de dire leurs pensées, et le parler trop peu qui dénote une insouciance blessante pour ce qu'ils disent.
6 - N'interrompez jamais celui qui parle et ne prévenez pas par une réponse précipitée celui qui interroge.
7 - Ayez un ton de voix toujours modéré, jamais brusque ni tranchant. Évitez les très, les extrêmement, les horriblement : pas d'exagération.
8 - Aimez la simplicité et la droiture. La simulation, les détours, les équivoques calculées que certaines personnes pieuses se permettent sans scrupule discréditent beaucoup la piété.
9 - Abstenez-vous soigneusement de toute parole grossière, triviale ou même oiseuse, car Notre-Seigneur nous avertit qu'il nous en demandera compte au jour du jugement.
10 - Par-dessus tout, mortifiez votre volonté ; c'est le point décisif. Pliez-la constamment à ce que vous savez être le bon plaisir de Dieu et l'ordre de la Providence, sans tenir aucun compte ni de vos goûts, ni de vos aversions. Soumettez-vous, même à vos inférieurs, dans les choses qui n'intéressent pas la gloire de Dieu et les devoirs de votre charge.
11 - Regardez la moindre désobéissance aux ordres ou même aux désirs des supérieurs comme envers Dieu.
12 - Souvenez-vous que vous pratiquerez la plus grande de toutes les mortifications lorsque vous aimerez à être humilié et aurez l'obéissance la plus parfaite envers ceux à qui Dieu veut que vous vous soumettiez.
13 - Aimez à être oublié et à n'être compté pour rien c'est le mot de saint Jean de la Croix, c'est le conseil de l'Imitation : ne parlez guère de vous-même ni en bien ni en mal, mais cherchez par le silence à vous faire oublier.
14 - En face d'une humiliation, d'un blâme, vous êtes tenté de murmurer, de vous attrister. Dites comme David : « Tant mieux l Il est bon que je sois humilié. »
15 - N'entretenez point de frivoles désirs: « je désire peu de choses, disait saint François, et le peu que je désire, je le désire bien peu. »
16 - Acceptez avec la plus parfaite résignation les mortifications dites de Providence, les croix et les travaux attachés à l'état où la Providence vous a placé. « Là où il y a moins de notre choix, disait saint François de Sales, il y a plus du bon plaisir de Dieu. » Nous voudrions choisir nos croix, en avoir une autre que la nôtre, porter une croix pesante qui aurait au moins quelque éclat, plutôt qu'une croix légère qui fatigue par sa continuité : illusion ! c'est notre croix qu'il faut porter, non pas une autre, et son mérite n'est pas en sa qualité, mais en la perfection avec laquelle on la porte.
17 - Ne vous laissez pas troubler par les tentations, les scrupules, les aridités spirituelles : « ce qu'on fait dans la sécheresse est plus méritoire devant Dieu que ce que l'on fait dans la consolation », dit le saint évêque de Genève.
18 - Il ne faut pas trop nous chagriner de nos misères, mais nous en humilier. S'humilier est une chose bonne, que peu de personnes comprennent : s'inquiéter et se dépiter est une chose que tout le monde connaît et qui est mauvaise, parce que, dans cette espèce d'inquiétude et de dépit, l'amour-propre a toujours la plus grande part.
19 - Défions-nous également de la timidité, du découragement qui énervent, et de la présomption qui n'est que de l'orgueil en action. Travaillons comme si tout dépendait de nos efforts, mais restons humbles comme si notre travail était inutile.

 

Mortifications à pratiquer dans nos actions extérieures

 

1 - Vous devez être de la plus grande exactitude à observer tous les points de votre règle de vie, obéir sans retard, vous souvenant de saint Jean Berchrnans, qui disait : « Ma pénitence à moi, c'est de suivre la vie commune » ; « Faire le plus grand cas des moindres choses, telle est ma devise » ; « Mourir plutôt que de violer une ,seule règle. »
2 - Dans l'exercice de vos devoirs d'état, tâchez d'être bien content de tout ce qui est le plus fait pour vous déplaire et vous ennuyer, vous rappelant ici encore le mot de saint François : « je ne suis jamais mieux que quand je ne suis pas bien. »
3 - N'accordez jamais un moment à la paresse : depuis le matin jusqu'au soir, soyez occupé sans relâche.
4 - Si votre vie se passe, au moins en partie, à l'étude, appliquez-vous ces conseils de saint Thomas d'Aquin à ses élèves : « Ne vous contentez pas de recevoir superficiellement ce que vous lisez ou entendez, mais tâchez d'en pénétrer et d'en approfondir tout le sens. Ne demeurez jamais en doute sur ce que vous pouvez savoir avec certitude. Travaillez avec une sainte avidité à enrichir votre esprit ; classez avec ordre dans votre mémoire toutes les connaissances que vous pourrez acquérir. Cependant ne cherchez pas à pénétrer les mystères qui sont au-dessus de votre intelligence. »
5 - Occupez-vous uniquement de l'action présente sans vous reporter sur ce qui a précédé, ni devancer par la pensée ce qui va suivre. Dites-vous avec saint François : « Pendant que je fais cela, je ne suis pas obligé de faire autre chose » ; « hâtons-nous tout bellement ; assez tôt si assez bien. »
6 - Soyez modeste dans votre maintien. Rien n'était parfait comme le port de saint François ; il tenait toujours la tête droite, évitant également la légèreté qui la tourne en tous sens, la négligence qui la penche en avant et l'humeur fière et hautaine qui la rejette en arrière. Son visage était toujours tranquille, dégagé de toute gêne, toujours gai, serein et ouvert, sans cependant aucun enjouement ou badinage indiscret, sans rires bruyants, immodérés ou trop fréquents.
7 - Étant seul, il était aussi composé qu'en une grande assemblée. Il ne croisait pas les jambes, n'appuyait point sa tête sur son coude. Quand il priait, il était immobile comme une colonne. Lorsque la nature lui suggérait de prendre ses aises, il ne l'écoutait pas.
8 - Regardez la propreté et l'ordre comme une vertu, la malpropreté et le désordre comme un vice ; pas d'habits sales, tachés ou déchirés. D'un autre côté, regardez comme un vice plus grand encore le luxe et la mondanité. Faites-en sorte qu'en voyant votre mise, personne ne dise : c'est malpropre, ni : c'est élégant, mais que tout le monde doive dire : c'est convenable.

 


Mortifications à pratiquer dans nos rapports avec le prochain

 

1 - Supportez les défauts du prochain, défauts d'éducation, d'esprit, de caractère. Supportez tout ce qui vous déplaît en lui, la démarche, l'attitude, le ton de la voix, l'accent, que sais-je ?
2 - Supportez tout de tous et supportez-le jusqu'au bout et chrétiennement. Jamais de ces patiences très orgueilleuses qui font dire : Qu'ai-je à faire de tel ou tel ? En quoi m'atteint ce qu'il dit ? Qu'ai-je besoin de l'affection, de la bienveillance ou même de la politesse d'une créature quelconque et de celle-ci en particulier ? Rien n'est moins selon Dieu que ces détachements hautains et ces indifférences méprisantes ; mieux vaudrait, certes, une impatience.
3 - Etes-vous tenté de vous fâcher ? Pour l'amour de Jésus, soyez doux. Est-ce de vous venger ? Rendez le bien pour le mal ; on dit que le grand secret de toucher le cœur de sainte Thérèse, c'était de lui faire quelque mal. Est-ce de faire mauvaise mine à quelqu'un ? Souriez-lui avec bonté. Est-ce d'éviter sa rencontre ? Recherchez-le par vertu. Est-ce d'en dire du mal ? Dites-en du bien. Est-ce de lui parler durement ? Parlez-lui bien doucement, cordialement.
4 - Aimez à faire l'éloge de vos frères, surtout de ceux sur lesquels votre envie se porte plus naturellement.
5 - Ne faites pas de l'esprit au détriment de la charité.
6 - Si l'on se permet en votre présence des propos peu convenables ou que l'on tienne des conversations de nature à nuire à la réputation du prochain, vous pourrez parfois reprendre avec douceur celui qui parle, mais le plus souvent il vaudra mieux détourner habilement la conversation ou témoigner par un geste de chagrin ou d'inattention voulue que ce qui se dit vous déplaît.
7 - Il vous en coûte de rendre un petit service ; offrez vous à le rendre: double mérite.
8 - Ayez horreur de vous poser en face de vous-même et des autres comme une victime. Loin de vous exagérer vos fardeaux, efforcez-vous de les trouver légers ; ils le sont en réalité, beaucoup plus souvent qu'il ne semble, ils le seraient toujours si vous aviez plus de vertu.

 

Conclusion

 

En général, sachez refuser à la nature ce qu'elle vous demande sans besoin.
Sachez lui faire donner ce qu'elle vous refuse sans raison. Vos progrès dans la vertu, dit l'auteur de L'Imitation de Jésus-Christ, seront proportionnés à la violence que vous saurez vous faire.
« Il faut mourir, disait le saint évêque de Genève, il faut mourir afin que Dieu vive en nous : car il est impossible d'arriver à l'union de l'âme avec Dieu par une autre voie que par la mortification. Ces paroles "il faut mourir" sont dures, mais elles seront suivies d'une grande douceur, parce qu'on ne meurt à soi-même qu'afin d'être uni à Dieu par cette mort. »
Plût à Dieu que nous fussions en droit de nous appliquer ces belles paroles de saint Paul aux Corinthiens : « En toutes choses nous souffrons la tribulation. Nous portons toujours et partout dans notre corps la mort de Jésus afin que la vie de Jésus soit manifestée aussi dans nos corps. » (2 Co 4, 10)

 

Catégorie : Saint Francois Imprimer E-mail

Au nom du Seigneur !

 

Ceux qui ont choisi la vie de pénitent.

ous ceux qui aiment le Seigneur de tout leur cœur, de toute leur âme, de tout leur esprit et de toute leur force, et qui aiment leur prochain comme eux mêmes ; qui ont en haine leur corps avec ses vices et ses péchés ; qui reçoivent le Corps et le Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ, et qui font des actes concrets de pénitence, oh, que tous ces hommes et ces femmes sont heureux et bénis d'agir ainsi et de persévérer, car l'Esprit du Seigneur reposera sur eux et fera en eux son habitation et sa demeure ; et ils sont fils du Père céleste dont ils font les œuvres, et ils sont époux, frères et mères de Notre Seigneur Jésus-Christ. Ses époux, lorsque, par l'Esprit Saint, l'âme fidèle est unie à Notre Seigneur Jésus-Christ. Ses frères, lorsque nous faisons la volonté du Père qui est dans les cieux. Ses mères lorsque nous le portons dans notre cœur et dans notre corps par l'amour, par la loyauté et la pureté de notre conscience, et que nous l'enfantons par nos bonnes actions qui doivent être pour autrui une lumière et un exemple.
Oh ! Comme il est glorieux et saint et grand d'avoir un Père dans les cieux ! Oh ! Qu'il est saint et beau, magnifique et admirable d'avoir un tel époux ! Oh ! Que c'est chose sainte et chère, plaisante et humble, apaisante et douce, aimable et désirable plus que tout d'avoir un tel frère et un tel fils : Notre Seigneur Jésus-Christ, qui a donné sa vie pour ses brebis et qui a prié son Père en disant : « Père saint, garde en ton nom ceux que tu m'as donnés dans le monde ; ils étaient à toi et tu me les as donnés. Les paroles que tu m'as données, je les leur ai dites et ils les ont reçues ; ils ont vraiment cru que je suis venu de toi, et ils ont reconnu que c'est toi qui m'as envoyé. Je prie pour eux, non pour le monde. Bénis-les et sanctifie-les, et pour eux, moi même je me sanctifie. Je te le demande, et pas pour eux seulement mais aussi pour ceux qui, par leur parole, croiront en moi : qu'ils soient sanctifiés tous ensemble, comme nous. Et je veux, Père, que là où je suis, eux aussi soient avec moi pour qu'ils voient ma splendeur dans ton royaume. Amen. »

 

 

Saint François, par Zurbaran

 

Ceux qui refusent la vie de pénitent.

ais tous ceux et toutes celles qui ne vivent pas dans la pénitence ; qui ne reçoivent pas le Corps et le Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ ; qui s'adonnent aux vices et aux péchés, qui suivent leur pente vers le mal et les mauvais désirs de la chair ; qui n'observent pas ce qu'ils ont promis au Seigneur ; qui font de leur corps l'esclave du monde, des désirs charnels, des ambitions d'ici-bas et des soucis de cette vie : prisonniers du diable, dont ils sont les fils et dont ils accomplissent les œuvres, ce sont des aveugles, car ils ne voient pas la vraie lumière, Notre Seigneur Jésus-Christ. Ils ne possèdent pas la sagesse spirituelle, puisqu'ils ne possèdent pas le Fils de Dieu qui est la vraie sagesse du Père. C'est d'eux qu'il est dit : « Leur sagesse a été engloutie », et « Maudits soient ceux qui s'éloignent de tes commandements. » Ils voient le mal, ils le reconnaissent comme tel, ils le font sciemment, et sciemment ils perdent leur âme.
Mais prenez garde, aveugles : vous vous êtes laissés séduire par vos ennemis qui sont la chair, le monde et le diable, parce qu'il est bien agréable pour le corps de commettre le péché, et très amer de servir Dieu, parce que tous les vices et péchés sortent et procèdent du cœur de l'homme, comme dit le Seigneur dans l'Évangile. Vous n'avez rien à vous, ni en ce monde ni en l'autre. Vous croyez que vous allez conserver longtemps les biens de ce monde, qui ne sont que vanité ; vous vous trompez, car viennent le jour et l'heure auxquels vous ne pensez pas, qui vous sont inconnus et que vous ignorez ; le corps s'affaiblit, la mort approche, et c'est ainsi qu'on meurt de mort amère.
Si un homme - que ce soit ici ou là, aujourd'hui ou demain, de telle manière ou autrement, peu importe - meurt en état de péché mortel, sans pénitence et sans réparation, alors qu'il avait la possibilité de réparer et qu'il ne l'a pas fait, le diable lui arrache l'âme du corps, lui causant tant d'angoisse et de tourment que nul ne peut s'en faire une idée sauf celui qui en est la victime. Talents, pouvoir, science et sagesse, tout ce qu'ils pensaient avoir leur sera enlevé. Ils le laissent à des parents et à des amis qui emportent et se partagent leurs biens et qui disent ensuite : « Maudite soit son âme! Il aurait pu nous donner bien davantage et amasser plus qu'il n'a amassé ! » Le corps est la proie des vers. Ainsi ont-ils perdu et leur corps et leur âme en ce monde qui passe si vite, et ils iront en enfer où ils seront tourmentés sans fin.
Tous ceux auxquels cette lettre parviendra, nous les prions, dans l'amour qu'est Dieu, d'accueillir avec bienveillance et par amour pour Dieu ces paroles toutes parfumées de Notre Seigneur Jésus-Christ. Ceux qui ne savent pas lire, qu'ils se les fassent lire souvent, et qu'ils les gardent en mémoire et les mettent en pratique jusqu'à la mort, car elles sont esprit et vie. Ceux qui ne le feront pas devront en rendre compte au jour du jugement devant le tribunal de Notre Seigneur Jésus-Christ.


Saint François d'Assise, Documents, aux éditions franciscaines, pp.106-109

 

Catégorie : Saint Francois Imprimer E-mail

 

Dévotions pour chaque jour de la semaine 

 

 

 

L'Immaculée Conception, Murillo

 

 

"Je vous salue, ô vous qui représentez les étoiles que vous rendez brillantes ; vous illuminez le champ chrétien par votre lumière qui ne s'éteindra pas".

 

Saint Bonaventure

yez chaque jour quelque dévotion particulière, afin que les exercices de piété vous deviennent plus agréables par cette variété.

Le Dimanche, que votre dévotion soit pour la très adorable Trinité. Considérez tous les bienfaits reçus, du Père qui vous a créé, du Fils qui vous a racheté et du Saint Esprit qui vous a sanctifié. Remerciez ces divines Personnes et pratiquez en leur honneur quelque acte de vertu.

Le Lundi  travaillez plus particulièrement à délivrer les âmes du Purgatoire ; appliquez leurs les indulgences que vous gagnerez et faites vos actions, ce jour-là, dans cette intention.

Le Mardi, que votre dévotion soit pour l’Ange Gardien ; saluez le souvent, témoignez-lui votre reconnaissance, et, suivant la pensée de Saint-Bernard, souvenez-vous que vous lui devez le respect à cause de sa présence, la dévotion en raison de sa bonté, la confiance en retour de sa sollicitude.

Ce jour est aussi consacré à saint Antoine de Padoue. Priez le de vous communiquer son esprit d'humilité et son zèle pour le salut des pêcheurs.

Le Mercredi, votre dévotion aura pour objet Saint-Joseph ou Saint-François. Invoquez-les souvent, rappelez-vous les vertus qu'ils ont pratiquées et appliquez-vous à suivre leurs exemples.

Le Jeudi, ranimez votre dévotion envers le Très Saint Sacrement de l'autel. Admirez la bonté de Dieu dans ce mystère, adressez à Jésus-Hostie vos louanges, vos adorations, vos réparations. Joignez-y vos actions de grâces pour l'institution de cet auguste sacrement.

Le Vendredi, rappelez-vous la Passion de Jésus-Christ : compatissez aux souffrances du Sauveur et imposez-vous quelque pénitence à cette intention. Plusieurs de nos saints faisaient réciter ce jour-là, vers trois heures de l'après-midi, cinq Paters en mémoire de Jésus crucifié.

Le Samedi, que votre dévotion s'adresse à Marie Immaculée ; remerciez Dieu des privilèges et des grâces qu'il a daigné accorder à la Reine du ciel : rappelez-vous la bonté de Marie, votre Mère, mettez-vous de sa protection, implorez son secours et accomplissez en son honneur quelque pieuse pratique.



 

Conduite Intérieure pour sanctifier les actions de la journée

Imprimeries Malinoises

Malines  Belgique
 
 
 ++++++
 
 
Notre Dame du Bon Succès,
Fêtée  le 2 février
 
 
 
 
Etoile de la mer, dans la tempête de ma vie mortelle puisse votre lumière m'éclairer afin que je ne m'éloigne jamais du chemin qui me mène  au Ciel !
 
 
 
 
 
 
Notre Dame du Bon Secours

Louange du saint Curé d'Ars à l'Immaculée

 
Bénie soit la Sainte
et Immaculée Conception
de la Bienheureuse Vierge Marie,
Mère de Dieu.
O Marie,
que toutes les nations
glorifient votre saint Nom,
que toute la terre
invoque et bénisse
votre Coeur Immaculé.
 
(Invocation que le saint Curé d'Ars récitait à chaque sonnerie de l'heure.)
 C'est une prière courte, mais riche en bénédictions pour honorer l'Immaculée.
 
Par cette louange, le Curé d'Ars avait autrefois mis fin à des tentations qui le tourmentaient. Il s'était engagé par "voeu" à la réciter toute sa vie.
En chaire, au confessional, sur la place parmi les foules qui l'acclamaient, le premier coup de l'heure lui rappelait sa promesse. Brusquement il se taisait; puis devant les pénitents ou les auditeurs surpris, à voix haute ou basse, selon l'occurrence, il se mettait à dire cette invocation.
(Texte tiré du livre de l'abbé Francis Trochu.)
 
 
 
Catégorie : Saint Francois Imprimer E-mail

Comment Saint François, quand il vint à passer de cette vie, bénit le saint frère Bernard et le laissa son vicaire.

 

t il lui montra bien, non seulement pendant sa vie, mais encre à sa mort. Car saint François, à l'approche de la mort, tel le saint patriarche Jacob, comme ses dévots fils l'entouraient, affligés et éplorés du départ d'un père si aimable, demanda: « Où est mon premier-né ? Viens à moi, mon fils, pour que mon âme te bénisse avant que je meure. » Alors frère Bernard dit en secret à frère Élie, qui était Vicaire de l'Ordre: Père, va à la main droite du Saint pour qu'il te bénisse. » Et frère Élie s'étant placé à sa droite, saint François, qui avait perdu la vue pour avoir trop pleuré, posa la main sur la tête de frère Élie: « Ce n'est pas la tête de mon premier-né Bernard. »

 

 

 

 

Mort Saint François - Giotto 1325

 

 

Alors frère Bernard alla près de la main gauche, et saint François alors fit comme un treillis de ses bras en croix, et posa la main droite sur la tête de frère Bernard, et la gauche sur la tête du dit frère Élie, et il dit à frère Bernard: « Que le Père de Notre-Seigneur Jésus-Christ te bénisse de toute bénédiction spirituelle et céleste dans le Christ, comme tu es le premier élu en cet Ordre saint pour donner l'exemple évangélique, pour suivre le Christ dans la pauvreté évangélique: car non seulement tu as donné tes biens et tu les as distribués entièrement et généreusement aux pauvres pour l'amour du Christ, mais encore tu t'es offert toi-même à Dieu dans cet Ordre en un doux sacrifice. Béni sois-tu donc par Notre-Seigneur Jésus-Christ, et par moi son pauvre petit serviteur, de bénédictions éternelles, en marche et en repos, dans les veilles et dans le sommeil, dans la vie et dans la mort. Qui te bénira sera comblé de bénédictions, et qui te maudirait ne resterait pas sans punition. Sois le maître de tous les frères, et que tous le frères obéissent à ton commandement; aie licence de recevoir dans cet Ordre et d'en chasser qui tu voudras; qu'aucun frère n'ait autorité sur toi, et qu'il te soit permis d'aller et de demeurer où il te plaira. »

Après la mort de saint François, les frères aimaient et révéraient frère Bernard comme un père vénérable. Et comme il approchait de la mort, beaucoup de frères vinrent à lui de diverses parties du monde; parmi eux vint ce séraphique et divin frère Gilles, qui voyant frère Bernard, dit en grande allégresse: «  Haut les coeurs, frère Bernard, haut les coeurs ! » Et le saint frère Bernard dit en secret à un frère de préparer à frère Gilles un lieu propre à la contemplation, et ainsi fut fait.

Et quand frère Bernard fut à l'heure suprême de la mort, il se fit redresser et parla aux frères qui l'entouraient, disant: « Mes frères bien-aimés, je ne veux point vous dire beaucoup de paroles; mais vous devez considérer que l'état religieux où j'ai vécu, vous y vivez, et que l'état où je suis maintenant, vous y serez aussi. Et je découvre ceci dans mon âme que, pour mille mondes égaux à celui-ci, je ne voudrais pas ne pas avoir servi Notre-Seigneur Jésus-Christ et vous. Je vous supplie, mes frères bien-aimés, de vous aimer les uns à les autre. » Et après ces paroles et d'autres bons enseignements, il se recoucha sur son lit; son visage devint extraordinairement resplendissant et joyeux, ce dont tous les frères s'émerveillèrent fort; et au milieu de cette joie son âme très sainte, couronnée de gloire, passa de la vie présente à la vie bienheureuse des anges.

À la louange et à la gloire du Christ. Ainsi soit-il.

Catégorie : Saint Francois Imprimer E-mail

 

Le chemin de la croix

Selon Saint François

 

 

 

Andrea di Vanni, 14ème

 

 

Prière préparatoire

 

nfants de Saint-François, entrons volontiers avec lui sur la voie douloureuse. Ce que nous allons méditer, il l’a médité, jour et nuit, en versant des larmes brûlantes. O amour, qui nous avez tant aimé, répétait-il, je voudrais tant vous aimer ! Telle est aussi notre prière, et qu'une même dévotion saisisse notre cœur et l’amène, en fin de cet exercice, à une plus sensible ressemblance du vôtre, O Jésus, notre Sauveur crucifié. Mais Jésus nous appelle à le suivre : « Surgite eamus: Debout, partons ». Avec Saint-François, en route pour le calvaire...

 

Avant chaque station

 

Adoramus te, Christe, et benedicimus tibi.

Nous vous adorons ô Jésus, et nous vous bénissons

Quia per Sanctam Crucem tuam redemisti mundum

Par ce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix

 

Après chaque station

 

Miserere nostri, Domine.

Ayez pitié de nous, Seigneur.

 

Miserere nostri.

Ayez pitié de nous.

 

Fidelium animae, per miserecordiam Dei, requiescant in pace.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

Amen

Ainsi soit-il.

 

Première station

Jésus est condamné à mort

 

Mort humiliante, supplice affreux, Jésus, innocent, l'accepte pour adoucir la mort à laquelle, nous, coupable, sommes justement condamnées. François fait écho au divin modèle. S'il bénit Dieu, pour « notre sœur la mort », c'est qu’il la trouve douce ; n'est-elle pas douce à qui veut mourir pour Jésus et avec Jésus ?

Pater, Ave, Gloria

Deuxième station

Jésus est chargé de sa Croix

 

Le parfait disciple de l'Évangile doit porter sa Croix, c'est-à-dire se renoncer, s'imposer l'effort, la gêne, sacrifier ce qui est contraire au salut, et même parfois ce qui est permis. Saint-François, qui savait bien cette doctrine, voulant exprimer au-dehors ce qu'il pensait au-dedans ou donner à son âme de jeune converti le secours du « sensible », traça la croix sur son habit d’ermite. Portons courageusement celle que Dieu impose à notre vie.

Pater, Ave, Gloria

Troisième station

Jésus tombe pour la première fois

 

Dès les premiers pas, la lourde croix fait trébucher Jésus : il tombe. Les bourreaux le frappent sans pitié. Il se relève et poursuit son chemin.

O Jésus, permettez-nous de penser à François, votre ami. À peine entrait-il dans sa carrière de pénitence, des brigands le jettent dans un trou plein de neige. Il se relève, meurtri, mais il chante la gloire de souffrir et d'être humilié. Que l'humiliation de nos chutes ne nous ôte point le courage. Continuons notre route.

Pater, Ave, Gloria

Quatrième station

Jésus et Marie se rencontrent

 

Par amour pour nous, ils unissent leur incomparable douleur. Ne les séparons pas dans notre amour. Saint-François implorait, dans ses prières, cette double miséricorde. De Jésus, par Marie, il obtint l'indulgence de la Portioncule.

O Jésus, ô Marie, nous prenons en pitié vos cœurs broyés par la douleur. Ayez pitié de nous.

Pater, Ave, Gloria

 

Cinquième station

Jésus est aidé par le Cyrénéen

 

Est-ce bien Simon de Cyrène à qui répugne la Croix ? C'est nous, lâches et orgueilleux. Mais le contact de la Sainte-Croix et la compagnie de la sainte Victime nous donneront force et résignation.

On songe  au secours que Dieu accorda un jour à Saint-François, malade. Un ange vint le réconforter par la plus ravissante des mélodies. Jésus, aidez-nous. Sans vous, nous ne pourrions plus avancer.

Pater, Ave, Gloria

Sixième station

Jésus imprime sa face sur le voile de Véronique

 

Effacer de notre âme les souillures du péché, faire apparaître la divine ressemblance qui nous a été donnée au baptême quand nous sommes devenus enfants de Dieu et frère de Jésus-Christ, voilà notre travail, notre ouvrage constant. Mieux encore que beaucoup d'autres saints, le Séraphique Père s'est efforcé d'imiter le modèle parfait. Dans l'Évangile qu'il entend à la messe, dans l'Évangile qu'il ouvre par trois fois, il trouve sa règle. Il y aura la vie de Jésus. Il nous dit, avec Saint-Paul : « Imitez moi comme j'ai imité le Christ. »

Pater, Ave, Gloria

Septième station

Jésus tombe une seconde fois

 

Quel sujet de réflexion, cette seconde chute ! Inconstants ou assaillis par la violence de la tentation, nous avons de nouveau succombé. Pourquoi ne pas imiter Saint-François qui cherchait et trouvait dans la souffrance la victoire sur la tentation ? Il se roulait sur un buisson d'épines ou s'étendait dans la neige. O Jésus, puissions-nous tous souffrir pour ne plus vous offenser !

Pater, Ave, Gloria

Huitième station

Jésus console les filles de Jérusalem

 

Ne pleurez pas sur moi, pleurez sur vous-même. Quel désintéressement, quelle charité ! C'est vers nous, les pêcheurs, que doit aller notre compassion. Et pourtant, Saint-François n'avait-il pas le droit d'être inconsolable ? « Laissez moi pleurer la passion de mon sauveur ! » Disait-il et : « Qu’importe ?» si on lui remontrait  que tant de larmes compromettaient sa vue. Puissions-nous chercher moins les consolations humaines ! Pleurons sur Jésus et sur les pauvres âmes : sur Jésus qui va mourir, sur les âmes qui vont en enfer.

Pater, Ave, Gloria

Neuvième station

Jésus tombe une troisième fois

 

Vous tombez encore et vous vous relevez, ô Jésus, parce que nous tombons sans fin, et pour nous apprendre à nous relever toujours, avec confiance, vers votre cœur miséricordieux. Saint-François avait compris cette leçon, lui qui écrivait à un supérieur : « Si un frère, aussi coupable qu'il puisse être, vient vous trouver, qu'il ne s'éloigne jamais de vous sans un mot de miséricorde. Et s'il n'implore point sa grâce, allez vous-même lui demander s'il ne voudrait pas l'accepter, et, quand même il reviendrait mille fois à vous, aimez-le plus que moi pour l'attirer au Seigneur, et ayez toujours pitié de lui ».

Pater, Ave, Gloria

Dixième station

Jésus est dépouillé de ses vêtements

 

S'il veut mourir dans l'extrême pauvreté et le total dénuement, c'est pour marquer combien nous devons être détachés de ce qui nous tient le plus à cœur, ce renoncement dût-il nous martyriser. Ainsi pense Jésus, ainsi pensera Saint-François. Au début de sa conversion, il rend tout à son père Bernadone, même ses vêtements, pour dire avec plus de liberté : Notre-Père qui êtes aux cieux. À la fin de sa vie, il exige d'être dépouillé et couché sur la terre nue. Quels grands exemples !

Pater, Ave, Gloria

Onzième station

Jésus est cloué sur la Croix

 

Plus que la cruauté des bourreaux, l'amour de Jésus pour nous le fixe à la Croix. L'amour de François pour Jésus atteint, sur l’Alverne, les stigmates de la passion. Pour répondre à l'amour de Jésus, pour imiter l'amour de Saint-François, les tertiaires au jour de leur profession, promettent fidélité ; les religieux font trois vœux crucifiant de pauvreté, chasteté et obéissance. Ainsi nous sommes tous sur la Croix avec Jésus.

Pater, Ave, Gloria

 

Douzième station

Jésus meurt sur la Croix

 

Le Christ agonisant crie l'angoisse : « Mon Dieu, pourquoi m'avez-vous abandonné ? ». Il crie aussi la confiance : « Entre vos mains, je remets mon esprit ». Il crie le pardon pour les bourreaux, pour le larron repentant. Il crie son obéissance au Père, dont il a accompli, jusqu'à la consommation, les divines volontés. Saint-François, mourant, crie aussi à Dieu son désir de mourir et d'entrer au ciel. Avec lui, murmurons à Jésus : « Que je meure dans votre amour, ô amour qui m'avez tant aimé ! »

Pater, Ave, Gloria

Treizième station

Jésus est rendu à sa Mère

 

Notre-Dame de Pitié reçoit sur ses genoux le corps inanimé de Jésus. En le contemplant, elle demande à Dieu miséricorde pour nos pauvres âmes, par les mérites d'une telle victime. Elle sourit à travers ses larmes, car elle songe que la mort de son Fils est notre vie. Ce fut aussi un mélange de tristesse et de consolation pour sainte Claire et pour le peuple d’Assise, lorsque le corps de Saint-François, porté au tombeau, apparut stigmatisé. N'oublions jamais que par la Croix et la mortification, nous vivrons de cette vie de la grâce qui devient au ciel la vie de la gloire.

Pater, Ave, Gloria

Quatorzième station

Jésus est mis au tombeau

 

« Son sépulcre sera glorieux », avait prophétisé Isaïe, parlant du Messie. De fait, le tombeau de Jésus n'est plus la demeure d'un mort ; c'est, sous la poussée divine qui a renversé la pierre, le trône de celui qui vit éternellement. À sa gloire, Jésus associe les élus, et surtout les saints qui l'ont le plus aimé. Saint-François, par humilité, avait voulu être enterré sur la colline d'Enfer, sépulture honteuse des suppliciés d'Assise ; à peine y est-il déposé, que le pape Grégoire IX la nomme colline du Paradis, et, depuis sept siècles, les foules y affluent. Le maître avait dit vrai : « la gloire que vous m'avez donnée, ô Père, je l'ai donnée à mes fidèles disciples. »

Pater, Ave, Gloria

Prière finale

 

O Jésus, c’est de vos souffrances et de votre mort que je tiens la grâce – comme de tout bien surnaturel – de mon appel et de mon entrée au Tiers-Ordre. Par vos souffrances et par votre mort, je vous prie, ô Maître, que je pratique exactement ma Règle, que je m'inspire des exemples et des enseignements de mon Séraphique Père et que je porte, moi aussi, vos sacrées stigmates dans mon corps, par la pénitence d'une vie toute chrétienne, dans mon âme par la compassion et par l'amour que je vous dois, ô Maître, ô Jésus crucifié.

 

Manuel du tertiaire Franciscain

Couvent Saint François, 69910 Morgon

 

Retrouvez le texte de ce chemin de Croix ainsi que deux autres chemins de Croix ( pour la conversion des pécheurs et pour les âmes du purgatoire) dans la section téléchargements.