Back to Top
Catégorie : Saint Francois Imprimer E-mail

Au nom du Seigneur !

 

Ceux qui ont choisi la vie de pénitent.

ous ceux qui aiment le Seigneur de tout leur cœur, de toute leur âme, de tout leur esprit et de toute leur force, et qui aiment leur prochain comme eux mêmes ; qui ont en haine leur corps avec ses vices et ses péchés ; qui reçoivent le Corps et le Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ, et qui font des actes concrets de pénitence, oh, que tous ces hommes et ces femmes sont heureux et bénis d'agir ainsi et de persévérer, car l'Esprit du Seigneur reposera sur eux et fera en eux son habitation et sa demeure ; et ils sont fils du Père céleste dont ils font les œuvres, et ils sont époux, frères et mères de Notre Seigneur Jésus-Christ. Ses époux, lorsque, par l'Esprit Saint, l'âme fidèle est unie à Notre Seigneur Jésus-Christ. Ses frères, lorsque nous faisons la volonté du Père qui est dans les cieux. Ses mères lorsque nous le portons dans notre cœur et dans notre corps par l'amour, par la loyauté et la pureté de notre conscience, et que nous l'enfantons par nos bonnes actions qui doivent être pour autrui une lumière et un exemple.
Oh ! Comme il est glorieux et saint et grand d'avoir un Père dans les cieux ! Oh ! Qu'il est saint et beau, magnifique et admirable d'avoir un tel époux ! Oh ! Que c'est chose sainte et chère, plaisante et humble, apaisante et douce, aimable et désirable plus que tout d'avoir un tel frère et un tel fils : Notre Seigneur Jésus-Christ, qui a donné sa vie pour ses brebis et qui a prié son Père en disant : « Père saint, garde en ton nom ceux que tu m'as donnés dans le monde ; ils étaient à toi et tu me les as donnés. Les paroles que tu m'as données, je les leur ai dites et ils les ont reçues ; ils ont vraiment cru que je suis venu de toi, et ils ont reconnu que c'est toi qui m'as envoyé. Je prie pour eux, non pour le monde. Bénis-les et sanctifie-les, et pour eux, moi même je me sanctifie. Je te le demande, et pas pour eux seulement mais aussi pour ceux qui, par leur parole, croiront en moi : qu'ils soient sanctifiés tous ensemble, comme nous. Et je veux, Père, que là où je suis, eux aussi soient avec moi pour qu'ils voient ma splendeur dans ton royaume. Amen. »

 

 

Saint François, par Zurbaran

 

Ceux qui refusent la vie de pénitent.

ais tous ceux et toutes celles qui ne vivent pas dans la pénitence ; qui ne reçoivent pas le Corps et le Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ ; qui s'adonnent aux vices et aux péchés, qui suivent leur pente vers le mal et les mauvais désirs de la chair ; qui n'observent pas ce qu'ils ont promis au Seigneur ; qui font de leur corps l'esclave du monde, des désirs charnels, des ambitions d'ici-bas et des soucis de cette vie : prisonniers du diable, dont ils sont les fils et dont ils accomplissent les œuvres, ce sont des aveugles, car ils ne voient pas la vraie lumière, Notre Seigneur Jésus-Christ. Ils ne possèdent pas la sagesse spirituelle, puisqu'ils ne possèdent pas le Fils de Dieu qui est la vraie sagesse du Père. C'est d'eux qu'il est dit : « Leur sagesse a été engloutie », et « Maudits soient ceux qui s'éloignent de tes commandements. » Ils voient le mal, ils le reconnaissent comme tel, ils le font sciemment, et sciemment ils perdent leur âme.
Mais prenez garde, aveugles : vous vous êtes laissés séduire par vos ennemis qui sont la chair, le monde et le diable, parce qu'il est bien agréable pour le corps de commettre le péché, et très amer de servir Dieu, parce que tous les vices et péchés sortent et procèdent du cœur de l'homme, comme dit le Seigneur dans l'Évangile. Vous n'avez rien à vous, ni en ce monde ni en l'autre. Vous croyez que vous allez conserver longtemps les biens de ce monde, qui ne sont que vanité ; vous vous trompez, car viennent le jour et l'heure auxquels vous ne pensez pas, qui vous sont inconnus et que vous ignorez ; le corps s'affaiblit, la mort approche, et c'est ainsi qu'on meurt de mort amère.
Si un homme - que ce soit ici ou là, aujourd'hui ou demain, de telle manière ou autrement, peu importe - meurt en état de péché mortel, sans pénitence et sans réparation, alors qu'il avait la possibilité de réparer et qu'il ne l'a pas fait, le diable lui arrache l'âme du corps, lui causant tant d'angoisse et de tourment que nul ne peut s'en faire une idée sauf celui qui en est la victime. Talents, pouvoir, science et sagesse, tout ce qu'ils pensaient avoir leur sera enlevé. Ils le laissent à des parents et à des amis qui emportent et se partagent leurs biens et qui disent ensuite : « Maudite soit son âme! Il aurait pu nous donner bien davantage et amasser plus qu'il n'a amassé ! » Le corps est la proie des vers. Ainsi ont-ils perdu et leur corps et leur âme en ce monde qui passe si vite, et ils iront en enfer où ils seront tourmentés sans fin.
Tous ceux auxquels cette lettre parviendra, nous les prions, dans l'amour qu'est Dieu, d'accueillir avec bienveillance et par amour pour Dieu ces paroles toutes parfumées de Notre Seigneur Jésus-Christ. Ceux qui ne savent pas lire, qu'ils se les fassent lire souvent, et qu'ils les gardent en mémoire et les mettent en pratique jusqu'à la mort, car elles sont esprit et vie. Ceux qui ne le feront pas devront en rendre compte au jour du jugement devant le tribunal de Notre Seigneur Jésus-Christ.


Saint François d'Assise, Documents, aux éditions franciscaines, pp.106-109

 

Catégorie : Saint Francois Imprimer E-mail

Comment Saint François, quand il vint à passer de cette vie, bénit le saint frère Bernard et le laissa son vicaire.

 

t il lui montra bien, non seulement pendant sa vie, mais encre à sa mort. Car saint François, à l'approche de la mort, tel le saint patriarche Jacob, comme ses dévots fils l'entouraient, affligés et éplorés du départ d'un père si aimable, demanda: « Où est mon premier-né ? Viens à moi, mon fils, pour que mon âme te bénisse avant que je meure. » Alors frère Bernard dit en secret à frère Élie, qui était Vicaire de l'Ordre: Père, va à la main droite du Saint pour qu'il te bénisse. » Et frère Élie s'étant placé à sa droite, saint François, qui avait perdu la vue pour avoir trop pleuré, posa la main sur la tête de frère Élie: « Ce n'est pas la tête de mon premier-né Bernard. »

 

 

 

 

Mort Saint François - Giotto 1325

 

 

Alors frère Bernard alla près de la main gauche, et saint François alors fit comme un treillis de ses bras en croix, et posa la main droite sur la tête de frère Bernard, et la gauche sur la tête du dit frère Élie, et il dit à frère Bernard: « Que le Père de Notre-Seigneur Jésus-Christ te bénisse de toute bénédiction spirituelle et céleste dans le Christ, comme tu es le premier élu en cet Ordre saint pour donner l'exemple évangélique, pour suivre le Christ dans la pauvreté évangélique: car non seulement tu as donné tes biens et tu les as distribués entièrement et généreusement aux pauvres pour l'amour du Christ, mais encore tu t'es offert toi-même à Dieu dans cet Ordre en un doux sacrifice. Béni sois-tu donc par Notre-Seigneur Jésus-Christ, et par moi son pauvre petit serviteur, de bénédictions éternelles, en marche et en repos, dans les veilles et dans le sommeil, dans la vie et dans la mort. Qui te bénira sera comblé de bénédictions, et qui te maudirait ne resterait pas sans punition. Sois le maître de tous les frères, et que tous le frères obéissent à ton commandement; aie licence de recevoir dans cet Ordre et d'en chasser qui tu voudras; qu'aucun frère n'ait autorité sur toi, et qu'il te soit permis d'aller et de demeurer où il te plaira. »

Après la mort de saint François, les frères aimaient et révéraient frère Bernard comme un père vénérable. Et comme il approchait de la mort, beaucoup de frères vinrent à lui de diverses parties du monde; parmi eux vint ce séraphique et divin frère Gilles, qui voyant frère Bernard, dit en grande allégresse: «  Haut les coeurs, frère Bernard, haut les coeurs ! » Et le saint frère Bernard dit en secret à un frère de préparer à frère Gilles un lieu propre à la contemplation, et ainsi fut fait.

Et quand frère Bernard fut à l'heure suprême de la mort, il se fit redresser et parla aux frères qui l'entouraient, disant: « Mes frères bien-aimés, je ne veux point vous dire beaucoup de paroles; mais vous devez considérer que l'état religieux où j'ai vécu, vous y vivez, et que l'état où je suis maintenant, vous y serez aussi. Et je découvre ceci dans mon âme que, pour mille mondes égaux à celui-ci, je ne voudrais pas ne pas avoir servi Notre-Seigneur Jésus-Christ et vous. Je vous supplie, mes frères bien-aimés, de vous aimer les uns à les autre. » Et après ces paroles et d'autres bons enseignements, il se recoucha sur son lit; son visage devint extraordinairement resplendissant et joyeux, ce dont tous les frères s'émerveillèrent fort; et au milieu de cette joie son âme très sainte, couronnée de gloire, passa de la vie présente à la vie bienheureuse des anges.

À la louange et à la gloire du Christ. Ainsi soit-il.

Catégorie : Saint Francois Imprimer E-mail

 

Le chemin de la croix

Selon Saint François

 

 

 

Andrea di Vanni, 14ème

 

 

Prière préparatoire

 

nfants de Saint-François, entrons volontiers avec lui sur la voie douloureuse. Ce que nous allons méditer, il l’a médité, jour et nuit, en versant des larmes brûlantes. O amour, qui nous avez tant aimé, répétait-il, je voudrais tant vous aimer ! Telle est aussi notre prière, et qu'une même dévotion saisisse notre cœur et l’amène, en fin de cet exercice, à une plus sensible ressemblance du vôtre, O Jésus, notre Sauveur crucifié. Mais Jésus nous appelle à le suivre : « Surgite eamus: Debout, partons ». Avec Saint-François, en route pour le calvaire...

 

Avant chaque station

 

Adoramus te, Christe, et benedicimus tibi.

Nous vous adorons ô Jésus, et nous vous bénissons

Quia per Sanctam Crucem tuam redemisti mundum

Par ce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix

 

Après chaque station

 

Miserere nostri, Domine.

Ayez pitié de nous, Seigneur.

 

Miserere nostri.

Ayez pitié de nous.

 

Fidelium animae, per miserecordiam Dei, requiescant in pace.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

Amen

Ainsi soit-il.

 

Première station

Jésus est condamné à mort

 

Mort humiliante, supplice affreux, Jésus, innocent, l'accepte pour adoucir la mort à laquelle, nous, coupable, sommes justement condamnées. François fait écho au divin modèle. S'il bénit Dieu, pour « notre sœur la mort », c'est qu’il la trouve douce ; n'est-elle pas douce à qui veut mourir pour Jésus et avec Jésus ?

Pater, Ave, Gloria

Deuxième station

Jésus est chargé de sa Croix

 

Le parfait disciple de l'Évangile doit porter sa Croix, c'est-à-dire se renoncer, s'imposer l'effort, la gêne, sacrifier ce qui est contraire au salut, et même parfois ce qui est permis. Saint-François, qui savait bien cette doctrine, voulant exprimer au-dehors ce qu'il pensait au-dedans ou donner à son âme de jeune converti le secours du « sensible », traça la croix sur son habit d’ermite. Portons courageusement celle que Dieu impose à notre vie.

Pater, Ave, Gloria

Troisième station

Jésus tombe pour la première fois

 

Dès les premiers pas, la lourde croix fait trébucher Jésus : il tombe. Les bourreaux le frappent sans pitié. Il se relève et poursuit son chemin.

O Jésus, permettez-nous de penser à François, votre ami. À peine entrait-il dans sa carrière de pénitence, des brigands le jettent dans un trou plein de neige. Il se relève, meurtri, mais il chante la gloire de souffrir et d'être humilié. Que l'humiliation de nos chutes ne nous ôte point le courage. Continuons notre route.

Pater, Ave, Gloria

Quatrième station

Jésus et Marie se rencontrent

 

Par amour pour nous, ils unissent leur incomparable douleur. Ne les séparons pas dans notre amour. Saint-François implorait, dans ses prières, cette double miséricorde. De Jésus, par Marie, il obtint l'indulgence de la Portioncule.

O Jésus, ô Marie, nous prenons en pitié vos cœurs broyés par la douleur. Ayez pitié de nous.

Pater, Ave, Gloria

 

Cinquième station

Jésus est aidé par le Cyrénéen

 

Est-ce bien Simon de Cyrène à qui répugne la Croix ? C'est nous, lâches et orgueilleux. Mais le contact de la Sainte-Croix et la compagnie de la sainte Victime nous donneront force et résignation.

On songe  au secours que Dieu accorda un jour à Saint-François, malade. Un ange vint le réconforter par la plus ravissante des mélodies. Jésus, aidez-nous. Sans vous, nous ne pourrions plus avancer.

Pater, Ave, Gloria

Sixième station

Jésus imprime sa face sur le voile de Véronique

 

Effacer de notre âme les souillures du péché, faire apparaître la divine ressemblance qui nous a été donnée au baptême quand nous sommes devenus enfants de Dieu et frère de Jésus-Christ, voilà notre travail, notre ouvrage constant. Mieux encore que beaucoup d'autres saints, le Séraphique Père s'est efforcé d'imiter le modèle parfait. Dans l'Évangile qu'il entend à la messe, dans l'Évangile qu'il ouvre par trois fois, il trouve sa règle. Il y aura la vie de Jésus. Il nous dit, avec Saint-Paul : « Imitez moi comme j'ai imité le Christ. »

Pater, Ave, Gloria

Septième station

Jésus tombe une seconde fois

 

Quel sujet de réflexion, cette seconde chute ! Inconstants ou assaillis par la violence de la tentation, nous avons de nouveau succombé. Pourquoi ne pas imiter Saint-François qui cherchait et trouvait dans la souffrance la victoire sur la tentation ? Il se roulait sur un buisson d'épines ou s'étendait dans la neige. O Jésus, puissions-nous tous souffrir pour ne plus vous offenser !

Pater, Ave, Gloria

Huitième station

Jésus console les filles de Jérusalem

 

Ne pleurez pas sur moi, pleurez sur vous-même. Quel désintéressement, quelle charité ! C'est vers nous, les pêcheurs, que doit aller notre compassion. Et pourtant, Saint-François n'avait-il pas le droit d'être inconsolable ? « Laissez moi pleurer la passion de mon sauveur ! » Disait-il et : « Qu’importe ?» si on lui remontrait  que tant de larmes compromettaient sa vue. Puissions-nous chercher moins les consolations humaines ! Pleurons sur Jésus et sur les pauvres âmes : sur Jésus qui va mourir, sur les âmes qui vont en enfer.

Pater, Ave, Gloria

Neuvième station

Jésus tombe une troisième fois

 

Vous tombez encore et vous vous relevez, ô Jésus, parce que nous tombons sans fin, et pour nous apprendre à nous relever toujours, avec confiance, vers votre cœur miséricordieux. Saint-François avait compris cette leçon, lui qui écrivait à un supérieur : « Si un frère, aussi coupable qu'il puisse être, vient vous trouver, qu'il ne s'éloigne jamais de vous sans un mot de miséricorde. Et s'il n'implore point sa grâce, allez vous-même lui demander s'il ne voudrait pas l'accepter, et, quand même il reviendrait mille fois à vous, aimez-le plus que moi pour l'attirer au Seigneur, et ayez toujours pitié de lui ».

Pater, Ave, Gloria

Dixième station

Jésus est dépouillé de ses vêtements

 

S'il veut mourir dans l'extrême pauvreté et le total dénuement, c'est pour marquer combien nous devons être détachés de ce qui nous tient le plus à cœur, ce renoncement dût-il nous martyriser. Ainsi pense Jésus, ainsi pensera Saint-François. Au début de sa conversion, il rend tout à son père Bernadone, même ses vêtements, pour dire avec plus de liberté : Notre-Père qui êtes aux cieux. À la fin de sa vie, il exige d'être dépouillé et couché sur la terre nue. Quels grands exemples !

Pater, Ave, Gloria

Onzième station

Jésus est cloué sur la Croix

 

Plus que la cruauté des bourreaux, l'amour de Jésus pour nous le fixe à la Croix. L'amour de François pour Jésus atteint, sur l’Alverne, les stigmates de la passion. Pour répondre à l'amour de Jésus, pour imiter l'amour de Saint-François, les tertiaires au jour de leur profession, promettent fidélité ; les religieux font trois vœux crucifiant de pauvreté, chasteté et obéissance. Ainsi nous sommes tous sur la Croix avec Jésus.

Pater, Ave, Gloria

 

Douzième station

Jésus meurt sur la Croix

 

Le Christ agonisant crie l'angoisse : « Mon Dieu, pourquoi m'avez-vous abandonné ? ». Il crie aussi la confiance : « Entre vos mains, je remets mon esprit ». Il crie le pardon pour les bourreaux, pour le larron repentant. Il crie son obéissance au Père, dont il a accompli, jusqu'à la consommation, les divines volontés. Saint-François, mourant, crie aussi à Dieu son désir de mourir et d'entrer au ciel. Avec lui, murmurons à Jésus : « Que je meure dans votre amour, ô amour qui m'avez tant aimé ! »

Pater, Ave, Gloria

Treizième station

Jésus est rendu à sa Mère

 

Notre-Dame de Pitié reçoit sur ses genoux le corps inanimé de Jésus. En le contemplant, elle demande à Dieu miséricorde pour nos pauvres âmes, par les mérites d'une telle victime. Elle sourit à travers ses larmes, car elle songe que la mort de son Fils est notre vie. Ce fut aussi un mélange de tristesse et de consolation pour sainte Claire et pour le peuple d’Assise, lorsque le corps de Saint-François, porté au tombeau, apparut stigmatisé. N'oublions jamais que par la Croix et la mortification, nous vivrons de cette vie de la grâce qui devient au ciel la vie de la gloire.

Pater, Ave, Gloria

Quatorzième station

Jésus est mis au tombeau

 

« Son sépulcre sera glorieux », avait prophétisé Isaïe, parlant du Messie. De fait, le tombeau de Jésus n'est plus la demeure d'un mort ; c'est, sous la poussée divine qui a renversé la pierre, le trône de celui qui vit éternellement. À sa gloire, Jésus associe les élus, et surtout les saints qui l'ont le plus aimé. Saint-François, par humilité, avait voulu être enterré sur la colline d'Enfer, sépulture honteuse des suppliciés d'Assise ; à peine y est-il déposé, que le pape Grégoire IX la nomme colline du Paradis, et, depuis sept siècles, les foules y affluent. Le maître avait dit vrai : « la gloire que vous m'avez donnée, ô Père, je l'ai donnée à mes fidèles disciples. »

Pater, Ave, Gloria

Prière finale

 

O Jésus, c’est de vos souffrances et de votre mort que je tiens la grâce – comme de tout bien surnaturel – de mon appel et de mon entrée au Tiers-Ordre. Par vos souffrances et par votre mort, je vous prie, ô Maître, que je pratique exactement ma Règle, que je m'inspire des exemples et des enseignements de mon Séraphique Père et que je porte, moi aussi, vos sacrées stigmates dans mon corps, par la pénitence d'une vie toute chrétienne, dans mon âme par la compassion et par l'amour que je vous dois, ô Maître, ô Jésus crucifié.

 

Manuel du tertiaire Franciscain

Couvent Saint François, 69910 Morgon

 

Retrouvez le texte de ce chemin de Croix ainsi que deux autres chemins de Croix ( pour la conversion des pécheurs et pour les âmes du purgatoire) dans la section téléchargements.

Catégorie : Saint Francois Imprimer E-mail

 

Dévotions pour chaque jour de la semaine 

 

 

 

L'Immaculée Conception, Murillo

 

 

"Je vous salue, ô vous qui représentez les étoiles que vous rendez brillantes ; vous illuminez le champ chrétien par votre lumière qui ne s'éteindra pas".

 

Saint Bonaventure

yez chaque jour quelque dévotion particulière, afin que les exercices de piété vous deviennent plus agréables par cette variété.

Le Dimanche, que votre dévotion soit pour la très adorable Trinité. Considérez tous les bienfaits reçus, du Père qui vous a créé, du Fils qui vous a racheté et du Saint Esprit qui vous a sanctifié. Remerciez ces divines Personnes et pratiquez en leur honneur quelque acte de vertu.

Le Lundi  travaillez plus particulièrement à délivrer les âmes du Purgatoire ; appliquez leurs les indulgences que vous gagnerez et faites vos actions, ce jour-là, dans cette intention.

Le Mardi, que votre dévotion soit pour l’Ange Gardien ; saluez le souvent, témoignez-lui votre reconnaissance, et, suivant la pensée de Saint-Bernard, souvenez-vous que vous lui devez le respect à cause de sa présence, la dévotion en raison de sa bonté, la confiance en retour de sa sollicitude.

Ce jour est aussi consacré à saint Antoine de Padoue. Priez le de vous communiquer son esprit d'humilité et son zèle pour le salut des pêcheurs.

Le Mercredi, votre dévotion aura pour objet Saint-Joseph ou Saint-François. Invoquez-les souvent, rappelez-vous les vertus qu'ils ont pratiquées et appliquez-vous à suivre leurs exemples.

Le Jeudi, ranimez votre dévotion envers le Très Saint Sacrement de l'autel. Admirez la bonté de Dieu dans ce mystère, adressez à Jésus-Hostie vos louanges, vos adorations, vos réparations. Joignez-y vos actions de grâces pour l'institution de cet auguste sacrement.

Le Vendredi, rappelez-vous la Passion de Jésus-Christ : compatissez aux souffrances du Sauveur et imposez-vous quelque pénitence à cette intention. Plusieurs de nos saints faisaient réciter ce jour-là, vers trois heures de l'après-midi, cinq Paters en mémoire de Jésus crucifié.

Le Samedi, que votre dévotion s'adresse à Marie Immaculée ; remerciez Dieu des privilèges et des grâces qu'il a daigné accorder à la Reine du ciel : rappelez-vous la bonté de Marie, votre Mère, mettez-vous de sa protection, implorez son secours et accomplissez en son honneur quelque pieuse pratique.



 

Conduite Intérieure pour sanctifier les actions de la journée

Imprimeries Malinoises

Malines  Belgique
 
 
 ++++++
 
 
Notre Dame du Bon Succès,
Fêtée  le 2 février
 
 
 
 
Etoile de la mer, dans la tempête de ma vie mortelle puisse votre lumière m'éclairer afin que je ne m'éloigne jamais du chemin qui me mène  au Ciel !
 
 
 
 
 
 
Notre Dame du Bon Secours

Louange du saint Curé d'Ars à l'Immaculée

 
Bénie soit la Sainte
et Immaculée Conception
de la Bienheureuse Vierge Marie,
Mère de Dieu.
O Marie,
que toutes les nations
glorifient votre saint Nom,
que toute la terre
invoque et bénisse
votre Coeur Immaculé.
 
(Invocation que le saint Curé d'Ars récitait à chaque sonnerie de l'heure.)
 C'est une prière courte, mais riche en bénédictions pour honorer l'Immaculée.
 
Par cette louange, le Curé d'Ars avait autrefois mis fin à des tentations qui le tourmentaient. Il s'était engagé par "voeu" à la réciter toute sa vie.
En chaire, au confessional, sur la place parmi les foules qui l'acclamaient, le premier coup de l'heure lui rappelait sa promesse. Brusquement il se taisait; puis devant les pénitents ou les auditeurs surpris, à voix haute ou basse, selon l'occurrence, il se mettait à dire cette invocation.
(Texte tiré du livre de l'abbé Francis Trochu.)
 
 
 
Catégorie : Saint Francois Imprimer E-mail

 

 

Prières de Saint François

 

 

 

 

Prière devant le crucifix de Saint Damien

(Attribuée à Saint François)
 
 

 

 

 

Crucifix de Saint Damien, Eglise Sainte Claire Assise 

 

 

 

ieu très haut et glorieux,
  Venez éclairer les ténèbres de mon coeur,
Donnez-moi une foi droite,
Une espérance solide
Et une parfaite charité
Donnez-moi de sentir et de connaître
Afin que je puisse l'accomplir
  Votre volonté sainte
Qui ne saura m'égarer.
 
 
 

 

 

Seigneur faites de moi un instrument de votre paix

 

Là où il y a la haine que je mette l'amour .
Là où il y a l'offense, que je mette le pardon
Là où il y a la discorde, que je mette l'union
Là où il y a l'erreur, que je mette la vérité.
Là où il y a le doute, que je mette la foi.
Là où il y a le désespoir, que je mette l'espérance.
Là où il y a les ténèbres, que je mette la lumière .
Là où il y a la tristesse, que je mette la joie.
Ô Maitre ,
que je ne cherche pas tant à être consolé qu'à consoler,
à être compris qu'à comprendre,
à être aimé qu'à aimer.

 

 

 

 

 

 

Le Cantique de Frère Soleil

 



Ici, commencent les Laudes que le Bienheureux François composa à l'honneur et à la louange de Dieu, quand il était malade à Saint-Damien.  
 
(Codex 338, d'Assise, XIIIème siècle)
                                                                                                
 
 
 
I - Très haut, tout-puissant, bon Seigneur,
vôtres sont les louanges, la gloire et l'honneur, et toute bénédiction.
A vous seul, Très Haut, elles sont dues
et aucun homme n'est digne de vous nommer.

II - Soyez loué Seigneur, avec toutes vos créatures,
spécialement monseigneur frère Soleil,
qui donne le jour et par lui vous montez votre lumière.
Il est beau et rayonnant avec grande splendeur,
de vous, Très Haut, il est le symbole.

III - Soyez loué, Seigneur, pour sœur Lune et les Étoiles,
dans le ciel vous les avez formées claires, précieuses et belles.
 
IV - Soyez loué, Seigneur, pour frère Vent,
et pour l'air et le nuage, pour le ciel pur et pour tous temps,
par lesquels vous donnez à vos créatures la vie et le soutien.
 
V - Soyez loué, Seigneur, pour sœur Eau,
laquelle est si utile, humble, précieuse et chaste.
 
VI - Soyez loué, Seigneur, pour frère Feu,
par lequel vous illuminez la nuit,
il est beau et gai, courageux et fort.

VII - Soyez loué, Seigneur, pour sœur notre mère la Terre
qui nous soutient et nous nourrit,
et produit divers fruits avec les fleurs aux mille couleurs et l'herbe.

VIII - Soyez loué, Seigneur, pour ceux qui pardonnent par amour pour vous
et supportent les peines et les tribulations;
heureux ceux qui les endurent paisiblement,
par vous, Très-Haut, ils seront couronnés.

IX - Soyez loué, Seigneur, pour notre sœur la Mort corporelle,
à laquelle aucun homme ne peut échapper;
malheur à ceux qui meurent en péché mortel,
heureux ceux qui se trouveront conformes à vos très saintes volontés,
car la seconde mort ne leur fera point de mal.
 
X - Louez et bénissez le Seigneur et rendez-lui grâces,
et servez-le avec grande humilité.
 
(Traduction:   Paul Sabatier)

 

 


 

Louanges de Dieu


Vous êtes saint, Seigneur et seul Dieu
qui opérez des merveilles.
 
Vous êtes fort. Vous êtes grand.
Vous êtes le Très-Haut. Vous êtes le Roi tout-puissant,
vous Père saint, Roi du ciel et de la terre.
 
Vous êtes le Seigneur Dieu trine et un,
tout bien. Vous êtes le bien, tout bien, le bien suprême,
le Seigneur Dieu, vivant et vrai.
 
Vous êtes la charité, l'amour. Vous êtes la sagesse.
Vous êtes l'humilité. Vous êtes la patience.
Vous êtes la sécurité. Vous êtes la quiétude.
Vous êtes la joie et l'allégresse.
Vous êtes la justice et la tempérance.
Vous êtes toute richesse et qui nous suffit.
 
Vous êtes la beauté. Vous êtes la mansuétude.
Vous êtes notre protecteur. Vous êtes notre gardien et notre défenseur.
Vous êtes notre force. Vous êtes notre rafraîchissement.
 
Vous êtes notre espérance.
Vous êtes notre foi.
Vous êtes notre grande douceur.
Vous êtes notre vie éternelle,
notre grand et admirable Seigneur,
notre Dieu tout-puissant, notre miséricordieux Sauveur.
 
 
 
 

Bénédiction de Saint François


Que le Seigneur te bénisse et te garde.
Qu'il te montre son visage et qu'il ait pitié de toi.
Qu'il tourne son regard vers toi et qu'il te donne la paix. 
Frère, que le Seigneur te bénisse .

 

 

 

 

Exhortation à la louange de Dieu.

 

Craignez le Seigneur et rendez-lui hommage.
Digne est le Seigneur de recevoir honneur et louange.
Vous tous qui craignez le Seigneur, louez-le.
Salut, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous.
Louez-le, ciel et toute la terre.
Tous les fleuves, louez le Seigneur.
Louez le Seigneur, car il est bon.
Vous tous qui lisez ceci, bénissez le Seigneur.
Toutes les créatures, louez le Seigneur.
Tous les oiseaux du ciel, louez le Seigneur.
Tous les enfants, louez le Seigneur.
Jeunes gens et jeunes filles, louez le Seigneur.
Digne est l'Agneau immolé
de recevoir honneur et louange.
Bénie soit la sainte Trinité et l'indivisible Unité.
Saint Michel archange, défends-nous dans le combat.

 

 

 

 

 

 

 

Louange pour toutes les heures

 

Saint, trois fois saint, le Seigneur Dieu tout puissant,
celui qui est, qui était et qui reviendra.
- Louange et gloire à jamais!

Vous êtes digne, Seigneur notre Dieu,
de recevoir honneur, louange et gloire,
et d'être proclamé béni.
- Louange et gloire à jamais!

Digne est l'Agneau qui a été immolé,
d'être appelé Dieu fort, sage et puissant,
de recevoir honneur et gloire,
et d'être proclamé béni.
- Louange et gloire à jamais!

Bénissons le Père et le Fils, avec le Saint-Esprit.
- Louange et gloire à jamais!

Toutes les oeuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur.
- Louange et gloire à jamais!

Chantez les louanges de notre Dieu, vous tous ses serviteurs,
et vous qui craignez Dieu, petits et grands.
- Louange et gloire à jamais!

Loué soit le Dieu de gloire par le ciel et par la terre.
- Louange et gloire à jamais!

Par toute créature au ciel, sur terre, sous terre,
et par la mer et tout ce qu'elle renferme.
- Louange et gloire à jamais!

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.
- Louange et gloire à jamais!

Comme il était au commencement, maintenant et toujours,
dans les siècles des siècles. Amen.
- Louange et gloire à jamais!

PRIONS.

Tout puissant, très saint, très haut et souverain Dieu,
souverain bien, bien universel, bien total,
vous qui seul êtes bon,
puissions-nous vous rendre toute louange, toute gloire,
toute grâce, tout honneur et toute bénédiction;
puissions-nous toujours rapporter à vous seul tous les biens.

-Amen.

 

 

 

 

Louanges du Seigneur


Ici commencent les louanges qu'a composées le bienheureux Père Saint François; il les récitait à toutes les heures du jour et de la nuit et avant l'office de la Bienheureuse Vierge Marie, en commençant ainsi : Notre Père très saint, qui êtes aux cieux, etc. Puis il récitait le Gloire au Père et les louanges Saint, saint, etc.

Notre Père très saint: notre Créateur, Rédempteur, Sauveur et Consolateur.

Qui êtes aux cieux: dans les anges et dans les saints, les éclairant pour leur donner la connaissance, parce que, Seigneur, vous êtes lumière; les enflammant d'amour, parce que, Seigneur, vous êtes amour; habitant en eux et les comblant de bonheur, parce que, Seigneur, vous êtes le souverain bien, le bien éternel, de qui tout bien procède, sans qui il n'existe aucun bien.

Que votre nom soit sanctifié: que nous vous connaissions avec plus de clarté pour apprendre quelle est la largeur de vos bienfaits, la longueur de vos promesses, la hauteur de votre majesté, la profondeur de vos jugements.

Que votre règne arrive: pour que vous régniez en nous par votre grâce, et que vous nous fassiez entrer dans votre royaume ou l’on peut vous voir sans voiles, vous aimer parfaitement, s'unir à vous dans la béatitude et jouir de vous éternellement.

Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel: pour que nous vous aimions de tout notre cœur en pensant toujours à vous, de toute notre âme en vous désirant toujours, de tout notre esprit en dirigeant vers vous toutes nos intentions et en cherchant en tout votre honneur, de toutes nos forces en consacrant toutes les facultés, et tous les sens de notre âme et de notre corps au seul service de votre amour et non à autre chose; et pour que nous aimions notre prochain comme nous-mêmes, en attirant selon nos forces tous les hommes à votre amour, en nous réjouissant du bien des autres comme du nôtre, en compatissant à leur malheur et sans offenser jamais personne.

Notre pain quotidien : votre Fils bien-aimé Notre-Seigneur Jésus-Christ, donnez-le-nous aujourd'hui: pour nous rappeler, nous faire comprendre et vénérer l'amour qu'il a eu pour nous et ce qu'il a dit, ce qu'il a fait, ce qu'il a souffert pour nous.

Et pardonnez-nous nos offenses: par votre ineffable miséricorde, en vertu de la passion de votre Fils bien-aimé Notre-Seigneur Jésus-Christ, et par les mérites et l'intercession de la très bienheureuse Vierge Marie et de tous vos élus.

Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés: et ce que nous ne parvenons pas à pardonner complètement, faites, vous, Seigneur, que nous le pardonnions complètement, afin que nous aimions vraiment nos ennemis à cause de vous et que pour eux nous intercédions dévotement auprès de vous, pour que nous ne rendions à personne le mal pour le mal et que nous nous efforcions d'être utiles à tous pour vous.

Et ne nous laissez pas succomber à la tentation: cachée ou manifeste, subite ou importune.

Mais délivrez-nous du mal: passé, présent et futur. Ainsi soit-il.

Gloire au Père, etc.

Saint, saint, saint le Seigneur Dieu tout-puissant, qui est, qui était, qui sera toujours. Louons-le et exaltons-le par-dessus tout à jamais.

Vous êtes digne, Seigneur notre Dieu, de recevoir louange, gloire, honneur et bénédiction. Louons-le et exaltons-le pardessus tout à jamais.

L'Agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la divinité, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire et la bénédiction. Louons-le et exaltons-le par-dessus tout à jamais.

Bénissons le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Louons-le et exaltons-le par-dessus tout à jamais.

OEuvres du Seigneur, bénissez toutes le Seigneur. Louons-le et exaltons-le par-dessus tout à jamais.

Louez Dieu, vous tous ses serviteurs, vous tous qui craignez Dieu, petits et grands. Louons-le et exaltons-le par-dessus tout à jamais.

Que louent ce Dieu glorieux les cieux et la terre, et toute créature dans le ciel, et sur la terre, et sous la terre, et la mer, et tout ce qu'elle contient. Louons-le et exaltons-le par dessus tout à jamais.

Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit. Louons-le et exaltons-le par-dessus tout à jamais.

Comme il était au commencement et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il. Louons le et exaltons-le par-dessus tout à jamais.

 

 


 

Prière


0 souverain Dieu tout-puissant, très saint et très haut, bien suprême, tout bien, bien absolu, vous qui seul êtes bon, nous vous offrons toute louange, toute gloire, toute action de grâces, tout honneur, toute bénédiction, et toujours à vous nous rapportons tous les biens. Ainsi soit-il.

 

 

 


 

Salutation des vertus


Salut, ô sagesse, ô reine, que le Seigneur te garde, toi et ta sœur la sainte et pure simplicité. Madame la sainte pauvreté, que le Seigneur te garde, toi et ta sœur la sainte humilité. Madame la sainte charité, que le Seigneur te garde, toi et ta sœur la sainte obéissance. 0 vous toutes, vertus très saintes, que le Seigneur vous garde, lui de qui vous venez et procédez.

Il n'est absolument aucun homme en ce monde qui puisse posséder une seule d'entre vous, si d'abord il ne meure à lui-même. Qui en possède une sans porter atteinte aux autres, les possède toutes; et qui porte atteinte à une seule, n'en possède aucune et porte atteinte à toutes, et chacune d'elles confond les vices et les péchés.

La sainte sagesse confond Satan et toutes ses ruses. La pure et sainte simplicité confond toute la sagesse de ce monde et la sagesse de la chair. La sainte pauvreté confond toute cupidité, toute avarice, toutes les préoccupations de ce siècle. La sainte humilité confond l'orgueil et tous les hommes de ce monde et tout ce qui est dans le monde. La sainte charité confond toutes les tentations du démon et de la chair, et toutes les craintes de la chair. La sainte obéissance confond toutes les volontés du corps et de la chair; elle tient le corps mortifié prêt à obéir à l'esprit et à obéir à son frère; elle rend l'homme soumis à tous les hommes de ce monde, et non seulement aux hommes, mais encore à tous les animaux et bêtes féroces, afin qu'ils puissent faire de lui tout ce qu'ils voudront, autant que d'en haut le Seigneur le leur permettra.

 

 

 



Salutation à la bienheureuse Vierge Marie


Je vous salue, ô sainte dame, reine très sainte, Marie, Mère de Dieu, toujours Vierge, choisie du haut du ciel par le Père très saint, consacrée par lui et par son très saint Fils bien-aimé et par l'Esprit consolateur, vous en qui ont été et sont toute plénitude de la grâce et tout bien. Je vous salue, ô palais de Dieu. je vous salue, son tabernacle. Je vous salue, sa demeure. Je vous salue, son vêtement. Je vous salue, sa servante. Je vous salue, sa mère, et vous toutes, ô saintes vertus, qui, par la grâce et l'illumination du Saint-Esprit, êtes répandues dans les cœurs des fidèles, pour, d'infidèles qu'ils sont, les rendre fidèles à Dieu.

 

 

 

 

La Vierge et l'enfant nu - Fra Angelico

 

 

*   *   *
*   *
*

 

 

 

Litaniae Omnium Sanctorum

Ordinis Seraphici S. Francisci

 

Sancta Dei Genitrix, ora pro nobis

Sancta Virgo Virginum, ora.

Sancte Michaël, ora.

Sancte Gabriel, ora.

Sancte Raphaël, ora.

Omnes sancti Angeli et Archangeli, ora pro nobis

Omnes sancti beatorum spirituum Ordines, orate.

Sancte Ioannes Baptista, ora.

Sancte Ioseph, ora.

Omnes sancti Patriarchae et Prophetae, orate.

Sancte Petre, ora.

Sancte Paule, ora.

Sancte Andrea, ora.

Sancte Iacobe, ora.

Sancte Ioannes, ora.

Sancte Thoma ora.

Sancte Iacobe, ora.

Sancte Philippe, ora.

Sancte Bartholomaee, ora,

Sancte Matthaee, ora.

Sancte Simon, ora.

Sancte Thaddaee, ora.

Sancte Matthia, ora.

Sancte Barnaba, ora.

Sancte Luca, ora.

Sancte Marce, ora.

Omnes sancti Apostoli et Evangelistae, orate.

Omnes sancti DiscipuliDomini, orate.

Omnes sancti Innocentes, orate.

Sancte Stephane, ora.

Sancte Laurenti, ora.

Sancte Vincenti, ora.

Sancti Fabiane et sebastiane, orate.

Sancti Ioannes et Paule, orate.

Sancti Cosma et Damiane, orate.

Sancti Gervasi et Protasi, orate.

Sancte Berarde, ora.

Sancte Petre, ora.

Sancte Accursi, ora.

Sancte Aduite, ora.

Sancte Otho, ora.

Sancte Daniel, ora.

Sancte Angele, ora.

Sancte Samuel, ora.

Sancte Domne, ora.

Sancte Leo, ora.

Sancte Hugoline, ora.

Sancte Nicolae, ora.

Sancti Nicolae ceterique Martyres Ierosolymenses, orate pro nobis

Sancti Petre Batista ceterique Martyres Iaponenses, orate.

Sancti Ioannes et Ioachim, orate.

Sancti Nicolae ceterique Martyres Gorcomienses, orate.

Sancti Gregori ceterique Martyres Sinenses, orate.

Sancte Fidelis, ora.

Omnes sancti Martyres, orate.

Sancte Sylvester, ora.

Sancte Gregori, ora.

Sancte Ambrosi, ora.

Sancte Augustine, ora.

Sancte Hieronyme, ora.

Sancte Bonnaventura, ora.

Sancte Antoni de Padua, ora.

Sancte Laurenti a Brundusio, ora.

Sancte Martine, ora.

Sancte Nicolae, ora.

Sancte Ludovice, ora.

Sancte Benvenute, ora,

Sancte Pie decime, ora.

Omnes sancti Pontifices et Confessores, orate.

Omnes sancti Doctores, orate.

Sancte Antoni, ora.

Sancte Bendicte, ora.

Sancte Bernarde, ora.

Sancte Pater Dominice, ora.

Sancte Pater noster Francisce, ora.

Sancte Bernardine, ora.

Sancte Ioannes a capistrano, ora.

Sancte Iacobe de Marchia, ora.

Sancte Ionnes Adukla, ora.

Sancte Petre de Alcantara, ora.

Sancte Francisce Solane, ora.

Sancte Petre Regalate, ora.

Sancte Didace, ora.

Sancte Salvatore ab Horta, ora.

Sancte Paschalis, ora.

Sancte Benedicte, ora.

Sancte Carole a Setia, ora.

Sancte Pacifice, ora.

Sancte Thoma a Cora, ora.

Sancte Ioannes Joseph, ora.

Sancte Theophilea Curte, ora.

Sancte Leonarde, ora.

Sancte Felix a cantilicio, ora.

Sancte Iosephe a Leonissa, ora.

Sancte Seraphine, ora.

Sancte Bernarde a Corleone, ora.

Sancte Crispine a Viterbo, ora.

Sancte Ignati a Santhia ora.

Sancte Ignati a Laconi, ora.

Sancte Felix a Nicosia, ora.

Sancte Aegidi-Maria, ora.

Sancte Francisce-Maria a camporubeo, ora.

Sancte conrade a Parzham, ora.

Sancte Leopolde a Castelnovo, ora.

Sancte Pio a Pietrelcina, ora.

Sancte Ioseph a Cupertino, ora.

Sancte Francisce-Antoni Fasani, ora.

Sancte Maximiliani-Maria Kolbe, ora.

Sancte Fernandinande, ora.

Sancte Ioannes-Maria, ora.

Sancte Ludovice, ora.

Sancte Ivo, ora.

Sancte Elzeari, ora.

Sancte Roche, ora.

Sancte Conrade a Placentia, ora.

Sancte Thoma More, ora.

Sancte Ioseph Benedicte Cottolengo, ora.

Sancte Vincenti Palotti, ora.

SancteIoseph Cafosso, ora.

Sancte Ioannes Bosco, ora.

Sancte Alberte Chimielowski, ora.

Omnes sanctis Sacerdotes et Leviae, orate.

Omnes sanctis Monachi et Eremitae, orate.

Sancta Maria Magdalena, ora.

Sancta Agatha, ora.

Sancta Lucia, ora.

Sancta Agnes, ora.

Sancta Caecilia, ora.

Sancta Catharina, ora.

Sancta Mater Nostra Clara, ora.

Sancta Agnes Assisiensis, ora.

Sancta Agnes a Praga, ora.

Sancta Cunegondes, ora.

Sancta Catharina Bononiensis, ora.

Sancta Mater Coleta, ora.

Sancta Veronica, ora.

Sancta Ioanna, ora.

Sancta Eustochia, ora.

Sancta Beatrix, ora.

Sancta Emilia, ora.

Sancta Francisca Saveria, ora.

Sancta Maria-Anna a Jesu, ora.

Sancta Maria-Ioseph, ora.

Sancta Vincenia, ora.

Sancta Maria-Magdalena Postel, ora.

Sancta Rosa Viterbiensis, ora.

Sancta Hyacenta, ora. Crucifix de Sa

Sancta Maria-Francisca, ora.

Sancta Angela, ora.

Sancta Maria-Dominica Mazzarello, ora.

Sancta Anastasia, ora.

Sancta Elisabeth ab Hungaria, ora.

Sancta Elisabeth Lusitana, ora.

Sancta Margarita de Cortona, ora.

Sancta Birgitta, ora.

Sancta Catharina Genensis, ora.

Omnes sanctae Virgines et Viduae, orate.