Back to Top
Catégorie : Fioretti Imprimer E-mail

MIRACLE QUE FIT SAINT FRANCOIS QUAND IL CONVERTIT LE TRÈS FÉROCE LOUP DE GUBBIO

u temps où saint François demeurait dans la ville de Gubbio, apparut dans la campagne environnante, un très grand loup, terrible et féroce, qui dévorait non seulement les animaux mais aussi les hommes, en sorte que tous les habitants vivaient en grande peur, car il s'approchait souvent de la ville; et tous partaient armés quand ils sortaient des murs, comme s'ils avaient marché au combat ; et malgré tout cela, qui le rencontrait seul ne pouvait se défendre de lui. Et par peur de ce loup on en vint au point que personne n'osait plus sortir des murs.


C'est pourquoi saint François ayant pitié des gens de cette ville, voulut sortir face à ce loup, bien que les habitants le lui déconseillassent complètement ; et ayant fait le signe de la sainte croix, il sortit des murs avec ses compagnons , mettant en Dieu toute sa confiance. Et les autres hésitant à aller plus loin, saint François s'achemina vers le lieu ou était le loup. Et voici que sous les yeux de beaucoup habitants qui étaient venus voir ce miracle, le loup arriva la gueule ouverte, à la rencontre de saint François ; et s’approchant de lui saint François fit sur lui le signe de la croix l'appela et lui parla ainsi : « Viens ici, frère loup ; je te commande de la part du Christ de ne faire de mal ni à moi ni à personne. » Chose admirable ! Aussitôt que saint François eut tracé la croix, le terrible loup ferma la gueule et cessa de courir ; et, au commandement, il vint, paisible comme un agneau, se jeter couché aux pieds de saint François.

  

Alors saint François lui parla ainsi : « Frère loup, tu fais par ici beaucoup de dommages, et tu as commis de très grands méfaits, blessant et tuant sans sa permission les créatures de Dieu ; et non seulement tu as tué et dévoré les bêtes mais tu as eu l'audace de tuer et de blesser les hommes faits à l'image de Dieu, ce pourquoi tu mérites les fourches comme voleur et assassin très méchant ; et tout le monde crie et murmure contre toi, et toute cette ville t'a en inimitié Mais je veux, frère loup, faire la paix entre toi et ceux-ci de telle sorte que tu ne les offenses plus, et qu'ils te pardonnent toutes les offenses passées, et que ni les hommes ni les chiens ne te poursuivent plus. »


Ces paroles dites, le loup, par les mouvements de son corps de sa queue et de ses oreilles, et en inclinant la tête, témoignait qu'il acceptait ce que saint François disait et qu'il voulait l'observer. Alors saint François dit : « Frère puisqu'il te plait de faire et de garder cette paix, je te promets de le faire donner toujours ce qu'il te faut, tant que tu vivras, par les hommes de cette ville, et ainsi tu ne pâtiras plus de la faim, car je sais bien que c'est la faim qui t'a fait commettre tout ce mal. Mais puisque je t'obtiendrai cette grâce, je veux, frère loup, que tu me promettes de plus nuire jamais ni à aucun homme ni à aucun animal me promets-tu cela ? » Et le loup, en inclinant la tête, fit évidemment signe qu'il promettait. Et saint François du « Frère loup, je veux que tu me fasses foi de cette promesse, afin que je puisse bien m'y fier. » Et saint François dit étendant la main pour recevoir sa foi, le loup leva la patte droite de devant, et la mit familièrement dans la main de saint François, lui donnant ainsi le signe de foi qu'il pouvait.

Alors saint François dit : « Frère loup, je te commande au nom de Jésus-Christ, de me suivre maintenant sans rien craindre, et nous allons conclure cette paix au nom de Dieu. » Et le loup obéissant s'en vint avec lui comme un doux agneau, ce que voyant les habitants s'émerveillèrent grandement. Et la nouvelle se répandit sur-le-champ par toute la ville , aussi tous les gens, grands et petits, hommes et femmes, jeunes et vieux, se pressèrent vers la place pour voir le loup avec saint François,


Et tout le peuple y étant bien réuni, saint François se leva, et prêcha, leur disant entre autres choses comment pour leurs péchés Dieu permettait de tels fléaux. et combien le feu de l'enfer, qui doit durer éternellement pour les damnés, est plus redoutable que la rage du loup, qui ne peut tuer que le corps : « Combien est donc à craindre la gueule de l'enfer quand la gueule d'un petit animal tient en peur et tremblement une telle multitude. Tournez-vous donc vers Dieu, mes bien-aimés, faites pénitence de vos péchés, et Dieu vous délivrera du loup dans le présent, et dans l'avenir du feu de l'enfer. »


Et la prédication terminée, saint François dit « Ecoutez, mes frères : frère loup, qui est ici devant vous, m'a promis, et il m'en a donné sa foi, de faire la paix avec vous et de ne jamais plus vous offenser en rien, si vous lui promettez de lui donner chaque jour ce qui lui est nécessaire ; et moi je me porte garant pour lui qu'il observera fidèlement le pacte de la paix. » Alors tout le peuple promit d'une seule voix de toujours le nourrir.


Et, en présence de tous, saint François dit au loup : « Et toi frère loup, promets-tu d'observer avec eux le pacte de paix, en sorte que tu n'offenseras plus ni les hommes, ni les animaux ni aucune créature ? » Et le loup s'agenouilla, inclina la tête et, par de doux mouvements du corps, de la queue et des oreilles, montra, autant qu'il lui était possible, de vouloir observer avec eux toutes les conditions du pacte. Saint François dit : « Frère Loup, je veux que, comme tu m’as donné, hors des portes, foi de cette promesse, tu me donnes de même ici, devant tout le peuple, foi de ta promesse et que tu ne me duperas pas dans la garantie que j'ai donnée pour toi. » Alors le loup, levant la patte droite, la posa dans la main de saint François. Et pour cet acte et pour les autres qui viennent d'être rapportés, il y eut une telle admiration et allégresse dans tout le peuple, autant pour la dévotion du Saint que pour la nouveauté du miracle et pour la paix du loup, que tous commencèrent à crier vers le ciel, louant et bénissant Dieu de leur avoir envoyé saint François qui par ses mérites les avait délivrés de la gueule de cette bête cruelle.


Le loup vécut ensuite deux ans à Gubbio, et il entrait familièrement dans les maisons, de porte en porte, sans faire de mal à personne et sans qu'il lui en soit fait ; il fut courtoisement nourri par les habitants, et quand il allait ainsi par la ville et par les maisons, jamais aucun chien n'aboyait contre lui. Finalement, après deux ans, frère loup mourut de vieillesse, ce dont les habitants eurent grande douleur car en le voyant aller si paisible par la ville, il se rappelaient mieux la vertu et la sainteté de saint François .


A la louange du Christ. Amen.

Catégorie : Fioretti Imprimer E-mail

Comment sainte Claire mangea à Sainte-Marie des Anges avec saint François et les frères ses compagnons. 

uand saint François demeurait à Assise, il visitait souvent sainte Claire et lui donnait de saints enseignements. Et elle avait un désir extrême de manger une fois avec lui et elle l'en priait souvent, et jamais il ne voulait lui accorder cette consolation. Ce pourquoi ses compagnons, voyant le désir de sainte Claire, dirent à saint François: « Père il nous semble que cette rigueur n'est pas selon la divine charité, de ne pas vouloir exaucer sœur Claire, vierge si sainte et aimée de Dieu, dans une chose aussi petite que de manger avec toi, et surtout si tu considères qu'à ta prédication elle a abandonné les richesses et les pompes du monde. En vérité, si elle te demandait une faveur encore plus grande que celle-là, tu devrais l'accorder à ta petite plante spirituelle. » Alors saint François répondit: « Vous semble-t-il que je doive l'exaucer ? » Et ses compagnons: « Oui, père, c'est une chose juste que tu lui accordes cette consolation. » Saint François dit alors: « Puisqu'il vous le semble, il me le semble aussi. Mais pour qu'elle soit plus consolée, je veux que ce repas se fasse à Sainte-Marie des Anges: parce qu'il y a longtemps qu'elle est recluse à Saint Damien, ce lui sera un joie pour cela de revoir un peu le couvent de Sainte-Marie, où elle eut les cheveux coupés et fut faite épouse de Jésus-Christ; nous y mangerons ensemble au nom de Dieu. »

Le jour choisi étant donc arrivé, sainte Claire sortit du monastère avec une compagne, et escortée des compagnons de saint François, elle vint à Sainte-Marie des Anges. Après qu'elle eut salué pieusement la Vierge Marie devant son autel, où elle avait eu les cheveux coupés et avait reçu le voile, ils la menèrent voir le couvent jusqu'à ce qu'il fût l'heure de repas. Pendant ce temps, saint François fit préparer la table à même la terre, comme il était accoutumé. Et l'heure du repas venue, ils s'assirent ensemble, saint François et sainte Claire, et l'un des compagnons de saint François avec la compagne de sainte Claire : puis tous les autres compagnons prirent humblement place à table. Au premier mets, saint François commença à parler de Dieu avec tant de suavité, avec tant d'élévation, si merveilleusement, que la grâce divine descendant sur eux en abondance, ils furent tous ravis en Dieu.

 

 

 

 

Et pendant qu'ils étaient ainsi ravis, les yeux et les mains levés au ciel, les gens d'assise et de Bettona et ceux de la contrée environnante voyaient que Sainte-Marie des Anges, en tout le couvent, et le bois qui était alors à côté du couvent, étaient en train de brûler complètement, et il leur semblait qu'un unique brasier occupait la place et de l'église et du couvent et du bois. Ce pourquoi les gens d'Assise coururent là en grande hâte pour éteindre le feu, croyant fermement que tout brûlait. Mais arrivés au couvent et voyant que rien ne brûlait, ils y pénétrèrent et trouvèrent saint François avec sainte Claire et tous les compagnons ravis en Dieu dans la contemplation et assis autour de cette humble table. D'où ils comprirent avec certitude que c'était là un feu divin et non matériel, que Dieu avait fait apparaître miraculeusement pour montrer et représenter le feu du divin amour, dont brûlaient les âmes de ces saints frères et saintes moniales; aussi partirent-ils le cœur rempli d'un grande consolation et saintement édifiés.

Puis, après une longue durée, saint François et sainte Claire revinrent à eux en même temps que les autres, et se sentant bien réconfortés par la nourriture spirituelle, peu se soucièrent de la nourriture corporelle. Et ce repas béni ainsi terminé, sainte Claire revint bien accompagné à Saint Damien. De quoi les sœurs eurent, en la voyant, grande allégresses ;car elles craignaient que saint François ne l'eût envoyée gouverner quelque autre monastère, comme déjà il avait envoyé sœur Agnès, sa sainte sœur, gouverner comme abbesse le monastère de Monticelli de Florence; et saint François avait dit quelquefois à sainte Claire: « Tiens-toi prête, pour le cas où il serait nécessaire que je t'envoie dans quelque couvent »; et elle, en fille de la sainte obéissance avait répondu: « Père, je suis toujours prête à aller partout où vous m'enverrez. » C'est pourquoi les sœurs se réjouirent beaucoup quand elles l'eurent de nouveau parmi elles; et sainte Claire depuis lors demeura très consolée.

À la louange du Christ. Ainsi soit-il.

Catégorie : Fioretti Imprimer E-mail

Comment, Saint François et frère Massée posèrent sur une pierre, près d'une fontaine, le pain qu'ils avaient mendié, et saint François loua fort la pauvreté; comment il pria ensuite Dieu, saint Pierre et saint Paul, de lui faire aimer la sainte pauvreté, et il lui apparurent saint Pierre et saint Paul.

admirable serviteur et imitateur de Christ Messire saint François, pour se conformer parfaitement en toute chose au Christ, qui selon ce que dit l'Évangile, envoya ses disciples deux à deux dans toutes les villes et tous les lieux où il devait aller, après qu'il eut, à l'exemple du Christ, réuni douze compagnons, les envoya de même par le monde prêcher deux à deux. Et pour leur donner l'exemple de la vrai obéissance, il commença d'abord par aller lui-même, à l'exemple du Christ qui commença par agir avant d'enseigner. Ayant donc assigné à ses compagnons les autres parties du monde, il prit frère Massée pour compagnon et s'achemina vers la province de France.

Un jour qu'ils étaient parvenus très affamés dans un village, ils allèrent, selon la Règle, mendier du pain pour l'amour de Dieu; et saint François alla dans un quartier et frère Massée dans un autre. Mais parce que saint François était un homme d'aspect trop misérable et petit de taille et que par ce motif il passait pour un vil petit pauvre près de qui ne le connaissait pas, il ne recueillit que quelques bouchées et restes de pain sec; mais à frère Massée, parce qu'il était un homme grand et de belle prestance, on lui donna beaucoup de grands et bons morceaux, et des pains entiers. 

Après qu'ils eurent mendié, ils se rejoignirent hors du village pour manger, dans un endroit où il y avait une belle fontaine, et à côté une belle pierre large, sur laquelle chacun d'eux posa toutes les aumônes qu’ils avaient mendiées. Et saint François, voyant que les morceaux de pain de frère Massée étaient plus nombreux, plus beaux et plus grands que les siens, témoigna d'une très grande allégresse et parla ainsi:  « O frère Massée, nous ne sommes pas dignes d'un aussi grand trésor que celui-là. » et, comme il répétait plusieurs fois ces paroles, frère Massée répondit: « Père bien-aimé, comment put-on parler de trésor, là où il y a tant de pauvreté et où il manque tout ce qui est nécessaire ? Ici il n'y a ni nappe, ni couteau, ni tranchoir ni écuelle, ni maison, ni table, ni serviteur, ni servante. » Saint François dit alors: « C'est précisément cela que je tiens pour un grand trésor, qu'il n'y ait rien de préparé par l'industrie humaine; mais ce qui est ici est préparé par la divine providence, comme on le voit manifestement dans le pain mendié, dans la table de pierre si belle et dans la fontaine si limpide. Aussi je veux que nous priions Dieu de nous faire aimer de tout notre cœur le trésor si noble de la saint pauvreté qui a Dieu pour serviteur. » Ces paroles dites, après avoir prié et fait leur réfection corporelle de ces morceaux de pain et de cette eau, ils se levèrent pour s'acheminer vers la France. 

Et comme ils arrivaient à une église, saint François dit à son compagnon: « Entrons dans cette église pour prier. » Et saint François s'en alla derrière l'autel, et se mit en prière; et dans cette prière il reçut de la visite de Dieu une ardeur si intense, qui embrasa tellement son âme de l'amour de la sainte pauvreté, qu'il paraissait, par l'éclat de son visage et par sa manière d'ouvrir la bouche, jeter des flammes d'amour. Et venant ainsi enflammé à son compagnon, il lui dit: « Ah ! ah ! ah ! Frère Massée, abandonne-toi à moi. » Et il parla ainsi trois fois, et la troisième fois saint François, de son souffle, souleva frère Massée dans les airs et le projeta devant lui à la distance d'une grande lance, ce dont frère Massée éprouva une très grande stupeur. Et il raconta ensuite à ses compagnons qu'ainsi soulevé et projeté par le souffle de saint François, il éprouva une telle douceur d'âme et consolation de l'Esprit Saint que jamais dans sa vie il n'en avait éprouvé de pareille.

Et cela fait, saint François dit: « Mon compagnon bien-aimé, allons à saint Pierre et à saint Paul, et prions-les de nous enseigner et de nous aider à posséder le trésor infini de la très sainte pauvreté; car elle est un trésor si précieux et si divin que nous ne sommes pas dignes de le posséder dans nos vases très vils; car c'est elle qui est cette vertu céleste, par laquelle toutes les choses terrestres et transitoires sont foulées aux pieds, et par laquelle tous les obstacles sont abattus devant l'âme pour qu'elle puisse s'unir librement au Dieu éternel. C'est elle qui est cette vertu qui permet à l'âme encore attachée à la terre, de s'entretenir dans le ciel avec les anges. C'est quelle qui accompagna le Christ sur la croix, qui fut ensevelie avec le Christ, qui ressuscita avec le Christ, qui monta au ciel avec le Christ; elle aussi qui dès cette vie, accorde aux âmes qui s'enamourent d'elle, le pouvoir de s'envoler au ciel, parce qu'elle garde les armes de la vrai humilité et de la charité. Prions donc les très saints Apôtres du Christ, qui furent des amoureux parfaits de cette perle évangélique, de nous obtenir de Notre Seigneur Jésus-Christ la grâce qu'il nous concède, par sa très sainte miséricorde, de mériter d'être de vrais amoureux, observateurs et humbles disciples de la très précieuse très aimée et évangélique pauvreté. »

Et en parlant de la sorte ils arrivèrent à Rome et entrèrent dans l'église de saint Pierre; et saint François se mit en prière dans un coin de l'église, et frère Massée dans un autre. Ils restèrent longtemps en prière avec beaucoup de larmes et de dévotion, et les très saints apôtres Pierre et Paul apparurent à saint François dans une grande splendeur et lui dirent: « Parce que tu demandes et désires d'observer ce que le Christ et les saints Apôtres ont observé, Notre Seigneur Jésus-Christ nous envoie vers toi pour t'annoncer que ta prière est exaucée, et qu'il t'est concédé par Dieu, en toute perfection, à toi et à tes disciples, le trésor de la très sainte pauvreté. Et nous t'annonçons encore de sa parce que quiconque, à ton exemple, embrassera parfaitement ce désir, est assuré de la béatitude de la vie éternelle ; et toi et tous tes disciples vous serez bénis de Dieu. » Et après ces paroles ils disparurent, laissant saint François rempli de consolation.

 

 

 

 

Saint Pierre et saint Paul - Fra Angelico 1433

 

Il se releva de sa prière, revint vers son compagnon et lui demanda si Dieu ne lui avait rien révélé ; celui-ci lui répondit que non. Alors saint François lui dit comment les saints Apôtres lui étaient apparus et ce qu'ils lui avaient révélé. De quoi pleins de joie, il décidèrent de retourner dans le val de Spolète, renonçant au voyage de France.

À la louange du Christ. Ainsi soit-il.

Catégorie : Fioretti Imprimer E-mail

 

Comment, pendant que saint François parlait de Dieu avec ses frères, le Christ apparut au milieu d'eux.

 

u commencement de l'Ordre, saint François était une fois réuni, dans un couvent, avec ses compagnons pour parler du Christ, et, dans la ferveur de son esprit, il commanda à l'un d'eux qu'au nom de Dieu il ouvrît la bouche et parlât de Dieu merveilleusement, saint François lui imposa silence et commanda la même chose à un autre. Celui-ci obéissant et parlant de Dieu avec pénétration, saint François lui imposa pareillement silence et commanda à un troisième de parler de Dieu. Celui-ci commença semblablement à parler avec tant de profondeur des choses secrètes de Dieu, que saint François connut avec certitude qu'il parlait ainsi que les deux autres sous l'inspiration de l'Esprit Saint.

 

 

 

 

Et cela fut aussi démontré par un signe exprès, car pendant qu'ils s'entretenaient ainsi, le Christ béni apparut au milieu d'eux sous l'aspect et la figure d'un très beau jeune homme; et en les bénissant tous il les remplit d'une telle douceur qu'ils furent tous ravis hors d'eux-mêmes et qu'ils gisaient à terre comme morts, ne sentant plus rien de ce monde. Comme ils revenaient à eux-memes, saint François leur dit : « Mes frères bien-aimés, remerciez Dieu qui a voulu révéler par la bouche des humbles les trésors de la science divine, car Dieu est celui qui ouvre la bouche des muets et qui fait parler très savamment la langue des simples. »

À sa louange. Ainsi soit-il.

Catégorie : Fioretti Imprimer E-mail

Comment saint François préposa frère Massée à l'office de la porte, de l'aumône et de la cuisine, puis l'en déchargea à la prière des autres frères.

 

aint François voulut humilier frère Massée, pour que les nombreux dons et grâces que Dieu lui accordait ne le fassent pas s'exalter en vaine gloire, mais le fassent croître de vertu en vertu par la vertu d'humilité ; et une fois qu'il demeurait dans un couvent solitaire avec ses premiers compagnons véritablement saints, parmi lesquels était le dit frère Massée, il dit un jour à frère Massée devant tous ses compagnons : « O frère Massée, tous les compagnons que voici ont la grâce de la contemplation et de l'oraison, mais toi tu as la grâce de la manière de prêcher la parole de dieu qui satisfait le peuple. Aussi je veux, pour que ceux-ci puissent s'adonner à la contemplation, que tu te charges de l'office de la porte de l'aumône, et de la cuisine ; et quand les autres frères mangeront, tu mangeras hors de la porte du couvent, de façon qu'avant qu'ils ne frappent, tu satisfasses de quelques bonnes paroles de Dieu ceux qui viendront au couvent, et qu'il ne soit nécessaire à personne autre que toi de sortir pour eux. Et cela fais-le par le mérite de la sainte obéissance. » Alors frère Massée retira son capuchon, inclina la tête, reçut humblement cet ordre et l'exécuta pendant plusieurs jours, faisant l'office de la porte, de l'aumône et de la cuisine.

 

 

 

 

Ses compagnons, en hommes illuminés de Dieu, commencèrent à en éprouver dans leurs cœurs de grands regrets, considérant que frère Massée était, autant et plus qu'eux, homme de grande perfection, et que c'était à lui et non à eux qu'était imposée toute la charge du couvent. C'est pourquoi ils allèrent tous, mus par une même volonté, prier le père saint qu'il lui plût de distribuer entre eux ces offices, parce que leur conscience ne pouvait souffrir en aucune façon que frère Massée supportât tant de fatigues. Entendant cela, saint François s'en rapporta à leurs conseils et acquiesça à leurs désirs ; et appelant frère Massée il lui parla ainsi : « Frère Massée, tes compagnons veulent prendre part aux offices que je t'ai imposés, aussi je veux que lesdits offices soient divisés. » Frère Massée dit avec grande humilité et patience : « Père, ce que tu m'imposes, ou en en tout ou en partie, je le tiens comme venant entièrement de Dieu. » Alors saint François, voyant la charité de ces frères et l'humilité de frère Massé, leur fit un merveilleux sermon sur la très sainte humilité, leur enseignant que nous devons être d'autant plus humbles que sont plus grands les dons et grâces que Dieu nous accorde, car sans l'humilité, aucune vertu n'est acceptable à Dieu. Et après ce sermon, il repartit les offices avec une très grande charité.

À la louange du Christ. Ainsi soit-il.