Comment saint François préposa frère Massée à l'office de la porte, de l'aumône et de la cuisine, puis l'en déchargea à la prière des autres frères.

 

aint François voulut humilier frère Massée, pour que les nombreux dons et grâces que Dieu lui accordait ne le fassent pas s'exalter en vaine gloire, mais le fassent croître de vertu en vertu par la vertu d'humilité ; et une fois qu'il demeurait dans un couvent solitaire avec ses premiers compagnons véritablement saints, parmi lesquels était le dit frère Massée, il dit un jour à frère Massée devant tous ses compagnons : « O frère Massée, tous les compagnons que voici ont la grâce de la contemplation et de l'oraison, mais toi tu as la grâce de la manière de prêcher la parole de dieu qui satisfait le peuple. Aussi je veux, pour que ceux-ci puissent s'adonner à la contemplation, que tu te charges de l'office de la porte de l'aumône, et de la cuisine ; et quand les autres frères mangeront, tu mangeras hors de la porte du couvent, de façon qu'avant qu'ils ne frappent, tu satisfasses de quelques bonnes paroles de Dieu ceux qui viendront au couvent, et qu'il ne soit nécessaire à personne autre que toi de sortir pour eux. Et cela fais-le par le mérite de la sainte obéissance. » Alors frère Massée retira son capuchon, inclina la tête, reçut humblement cet ordre et l'exécuta pendant plusieurs jours, faisant l'office de la porte, de l'aumône et de la cuisine.

 

 

 

 

Ses compagnons, en hommes illuminés de Dieu, commencèrent à en éprouver dans leurs cœurs de grands regrets, considérant que frère Massée était, autant et plus qu'eux, homme de grande perfection, et que c'était à lui et non à eux qu'était imposée toute la charge du couvent. C'est pourquoi ils allèrent tous, mus par une même volonté, prier le père saint qu'il lui plût de distribuer entre eux ces offices, parce que leur conscience ne pouvait souffrir en aucune façon que frère Massée supportât tant de fatigues. Entendant cela, saint François s'en rapporta à leurs conseils et acquiesça à leurs désirs ; et appelant frère Massée il lui parla ainsi : « Frère Massée, tes compagnons veulent prendre part aux offices que je t'ai imposés, aussi je veux que lesdits offices soient divisés. » Frère Massée dit avec grande humilité et patience : « Père, ce que tu m'imposes, ou en en tout ou en partie, je le tiens comme venant entièrement de Dieu. » Alors saint François, voyant la charité de ces frères et l'humilité de frère Massé, leur fit un merveilleux sermon sur la très sainte humilité, leur enseignant que nous devons être d'autant plus humbles que sont plus grands les dons et grâces que Dieu nous accorde, car sans l'humilité, aucune vertu n'est acceptable à Dieu. Et après ce sermon, il repartit les offices avec une très grande charité.

À la louange du Christ. Ainsi soit-il.